article comment count is: 0

Le détournement des deniers publics : un réflexe d’enfance ?

Quand nous étions petits, les adultes avaient l’habitude de nous envoyer faire de petits achats dans le quartier : boisson sucrée, bière, épices… Après l’achat, il était fréquent qu’il y ait de la monnaie qui reste. De la petite monnaie, en fait. J’avais des amis qui eux ne restituaient pas cela à leurs parents où à ceux qui les ont envoyés. Un début de détournement dès l’enfance.

Il arrivait aussi que l’adulte qui vous a envoyé pouvait décider de vous offrir la différence d’argent que vous avez ramené ou alors, tout reprendre. Dans mon cas, je remettais tout à ma mère et elle ne me laissait rien. Chose que je trouvais tout-à-fait normale.

Être ado et toucher des billets verts

Une fois, un véhicule est tombé en panne dans le quartier. Le conducteur, apparemment un homme riche, a demandé de l’aide. Et sur place, moi et d’autres jeunes, avons poussé son véhicule jusqu’à ce qu’il redémarre. C’est la première fois de ma vie qu’on me donnait des dollars. Chacun de nous a eu 20$. J’avais 15 ans. Ne sachant pas quoi en faire, j’ai remis cette somme à ma mère.

Mais mon enfance n’a pas été la même pour d’autres. Dans les mêmes conditions, de nombreux enfants avaient déjà appris à soutirer quelque chose dans les restes, à communiquer de faux prix ou, à l’inverse, à détourner l’argent restant. Alors ils utilisent cet argent pour manger à l’école à la récré, jouer aux jeux vidéos ou, si c’était dans le contexte actuel, s’acheter des mégas pour naviguer sur Internet.

Voler l’argent parce que les parents ne vous en donnent pas ?

Certains enfants à qui j’ai posé cette question, répondent qu’étant plus grands, ils aspirent à certains besoins et ne peuvent donc pas se contenter de tout attendre des parents. Dans des conditions idéales, à partir d’un certain âge (12 ans ou plus), les parents devraient penser à donner de l’argent de poche à leurs enfants. Ce qui me semble logique. Comment voulez-vous qu’un ado qui a un téléphone puisse accepter de manquer un forfait Internet ou du crédit pour passer des appels ? Il a besoin de faire une sortie avec les amis, se payer un parfum, etc.

Il n’est pas donc étonnant de voir de nombreux adolescents se consacrer aux paris sportifs et aux jeux d’argent. Ne leur demandez pas d’investir avec. C’est juste de l’argent de poche.

Malgré le contexte difficile que traverse le pays, il est évident que l’argent de poche est un droit de l’enfant, un droit bafoué qui ouvre la voie au détournement de fonds. A petite échelle, cette habitude se développe en grandissant et l’enfant le répliquera dans sa vie d’adulte à tous les niveaux. Même s’il devient ministre, gouverneur, mandataire public…

En fait, donner à manger aux enfants, les vêtir, les loger et les scolariser n’est pas une fin en soi. Pensons à donner un peu d’argent à nos enfants et à développer en eux, un autre rapport avec l’argent pour éviter les tentations qu’il crée.

 

 

 

« Cet article est écrit avec l’appui technique d’Internews, grâce au financement de la coopération suédoise, l’USAID et la coopération suisse.  Les opinions partagées dans cet article ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI), de l’USAID, la coopération suisse, ainsi que des gouvernements suédois, des États-Unis et suisse. »

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion