Entrée du cercle hellénique de Lubumbashi
article comment count is: 5

Du racisme à Lubumbashi : le cercle hellénique mis en cause

« Cercle Hellénique de Lubumbashi, l’un des derniers endroits où le racisme se porte très bien » au Congo. Ces mots du tweet d’un certain Etienne Kabale ont suscité l’indignation de plusieurs Congolais sur la toile. Habari RDC a alors décidé de vérifier sur le terrain, ces allégations de discrimination. Les recherches n’ont pas été faciles, certes, vous l’aurez compris : le sujet est gênant pour tout le monde. Mais nos reporters ont rencontré des personnes qui ont permis de comprendre que la dénonciation n’était pas forcément une imagination, même si certaines considérations devraient être nuancées par ailleurs.

On aurait presqu’envie de dire « ce n’est pas vrai », l’idée d’un espace où se tiendraient séparés Blancs et Noirs à Lubumbashi ! Pourtant, plusieurs enfants noirs seraient victimes d’un traitement différent des enfants d’origine européenne. Associé pour certains à un espace d’Européens à Lubumbashi de par son appellation, le « Cercle hellénique » est situé au Carrefour, et est accessible par l’avenue Lumumba. Un parc de jeu pour enfants y est aménagé, en face d’un chic restaurant. Les petites bourses s’y rendent toutefois rarement, même si l’espace s’ouvre à tout le monde.

Du racisme à la grecque à Lubumbashi ?

Un samedi de juin 2019, au milieu de la journée, deux reporters de Habari RDC arrivent au restaurant du centre. Noirs et Blancs, parmi les employés, travaillent ensemble, ambiance bon enfant. Dans une conversation, un agent interrogé sur la cohabitation n’hésite cependant pas d’aller droit sur des considérations raciales. « Oui, les Grecs, tout le monde le sait, sont racistes ici ».

Une mère qui a parlé à nos reporters reste elle aussi convaincue que « Les Grecs ne supportent pas que leurs enfants se lient d’amitié avec les noirs ». Des affirmations qui semblent recouper le tweet qui a indigné des internautes, faisant état d’une certaine ségrégation sur fond des considérations raciale.

Pourtant, le restaurant et l’espace de jeu dans le Centre hellénique de Lubumbashi sont ouverts aux Noirs. L’espace organise même une école en plus de quelques appartements exclusivement réservés aux ressortissants grecs.

Dans la ville, il existe aussi des écoles française, belge et anglaise, où d’autres enfants Congolais et étrangers (orientaux par exemple) sont admis en même temps que des Congolais ou africains, de manière générale. S’ils sont moins nombreux à l’école grecque, c’est vraisemblablement en considération des enjeux linguistiques, voire des débouchés professionnels, des études en grecque. Le grec, en effet, est à ce jour peu parlé dans le monde, particulièrement en Afrique. Toutefois, l’école compte des enfants ainsi que des enseignants africains, ce que nos interlocuteurs reconnaissent par ailleurs comme importante « avancée ». Les reporters de Habari ont pu l’observer. « Mais ne vous y trompez pas », prévient un agent, tout discrètement.

Des exemples d’ouverture et de rencontres entre Africains et Grecs

« Le cercle hellénique de Lubumbashi, c’est une mini Grèce en RDC, ironise un agent. Les gens s’y comportent comme si nous [Congolais, Ndlr] étions les étrangers. Mais il faut être dans leur milieu pour les comprendre ». Par exemple, explique l’agent, et nos reporters ont pu l’observer eux aussi, tout accès d’un Noir aux appartements où logent des citoyens grecs, –c’est-à-dire, le complexe adjacent au restaurant,– attire une furie sur les concierges. Même si on chercherait un d’eux, précisent nos interlocuteurs. Les remontrances seraient parfois condescendantes, voire simplement « racistes », attestent les mêmes sources.

A propos des contacts entre enfants Noirs et Blancs, le Centre hellénique compte un terrain de football. Les apprenants régulièrement inscrits à l’école y ont naturellement accès. Un autre espace de rencontre entre enfants africains et grecs au Cercle hellénique de Lubumbashi est un groupe de danse qu’organise l’école. Et comme pour l’équipe interne de football, le guide de danse est un Noir.

Mais, dans un contexte de suspicions de racisme, tout geste est parfois scruté à l’extrême par les parents non européens. « Ne vous laissez pas berner, c’est une couverture », cette ouverture, chuchote un habitué du lieu. Il ajoute, sans citer de noms : «  N’est-il pas raciste quand une Grecque ne peut épouser un Congolais parce que c’est un noir ? L’inverse a sans doute une fois été vécu ici, mais ce couple est très isolé » par les autres.

Plusieurs tentatives pour rencontrer le responsable du Cercle n’ont pas abouti. La dernière fois, nos reporters ont été invités par l’accueil du Centre, à attendre le retour d’un répondant qui serait souffrant et sous soins depuis des semaines en Grèce.

Le cercle hippique de Lubumbashi accusé aussi de racisme

Toujours à Lubumbashi, un autre espace fréquenté par des occidentaux est lui aussi touché par des accusations de racisme. Le Cercle hippique organise régulièrement un concours international de saut. Son propriétaire est la famille Georges-Arthur Forrest, nom d’un citoyen belge bien connu des Lushois pour ses sociétés notamment dans les mines.

L’accès au Cercle hippique de Lubumbashi est conditionné, à l’occasion des sauts de chevaux, par l’achat des billets dont les prix varient selon les bourses. Ils vont de 10 USD à plus de 50 USD. Ce coût, peu accessible pour de nombreux Congolais, en fait un espace peu fréquenté par les Congolais. Mais quand on y est, l’emplacement des amoureux des courses et sauts à cheval dressent tout de suite un espace divisé entre Blancs et Noirs, à quelques exceptions près. Si par exemple, l’occupation des espaces est fonction d’argent déboursé, plusieurs personnes se demandent souvent pourquoi « l’espace VIP est très majoritairement occupé par des expatriés occidentaux, » confie un habitant de Lubumbashi qui témoigne avoir été victime des considérations raciales.

Ce Congolais assure qu’un ticket « VIP » lui a déjà été refusé une fois, sous prétexte que le stock était épuisé. Mais la suite l’avait marqué profondément. Car, assure-t-il, « quelques instants après, un couple blanc s’est pointé au même endroit et a été admis ». Mais aucune source officielle n’a pu confirmer ni infirmer ces allégations. Au téléphone, nous avons eu une courte conversation avec une correspondante du nom de Chloé Maiers qui n’a pas accordé trop de temps d’écoute. Néanmoins, elle a rejeté les accusations de racisme au Cercle hippique de Lubumbashi.

Le racisme continue et cause des victimes, partout dans le monde. Même parmi les personnes de même couleur, de mêmes origines, le racisme fait beaucoup de mal.

Enquête de Etienne Malé et Baudoin Tshala coordonnée par Didier Makal

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (5)

  1. Ainsi va le monde; ne pas forcer pour être accepté si cela ne représente pas d’intérêts majeurs; il y a beaucoup d’autres restaurants et espaces tenus par des congolais qui peuvent compenser cela. Le défaut de certains congolais est parfois le complexe d’infériorité ou le souci vouloir se faire accepter par les autres races. Nous sommes aussi forts et tout aussi capables d’avoir des espaces à nous; juste de la confiance en soi.

    1. Mieux vaut être petit chez soit qu’être grand chez autrui je préfère aller parcs créé par nos frères que aller dans les truc de ces gens là

  2. C’est un cercle privé rien ne force les gens a y aller et laisser les Grecs dans leurs communauté

  3. C’est une réalité malheureusement très courante au Congo (surtout à kin) des traitements de faveur aux étrangers mais les indigènes demeurent lésés. Il y a tellement des cas vécus en fréquentant les expatriés on est juste dégouté d’être congolais… Jamais un européen ne leserait son frère en faveur d’un noir mais c’est ce qu’on vit.

  4. Il est vraisemblablement scandaleux de lire et de savoir que cela existe sur bons terres, mais le plus scandaleux dans tout cela c’est d’accepter qu’une telle chose se produit sous nos yeux et qu’on l’accepte.
    Certains choses ne changerons pas mais d’autres si, leurs cœurs on en peut rien, mais nos terres nous appartient…
    Je ne cesse de me demander a chaque fois si nous devons toujours resté aussi longtemps courbé ? Ne sommes-nous pas câble de nous révèler fièrement et pointé du doigt ces injustices…
    Je doute fort qu’eux accepterait qu’un espace soit créé dans leurs pays et dédié seulement au noirs africain.

  5. C’est un sérieux problème à ns congolais de consommer congolais mais malheureusement y’a pas assez de site bien entretenu appartenant aux congolais, on doit fournir des efforts pour mieux s’organiser

  6. Je crois que ce genre de comportement se vit et l’etat ne protege pas les Congolais… Il faut decrier ce genre de comportement. Je crois qu’il faut aussi faire des investigations au restaurant Hollyboom. Moi je vis le racisme presque Chaque jour dans la societe ou je travaille.
    Dans la societe Kamoa Copper SA…le transport organiser pour travailleurs en rotation donc faisant Lubumbashi Kolwezi est le bus Mulykap pour les noirs a Majorite Congolais et L’avion pour les expatries a Majoriter blanches et Jaunes. On nous dit qu’ils doivent faire des connection’s pour l’international mais c’est discriminatory.
    Pour une meme position et meme categorie professionnelle. Le Congolais est moins payer que l’expatrier en Majoriter des blancs sudafricain..

  7. C’est scandaleux que malgre cela l’etat ne fera rien pour y remedier. Moi je vis me racisme au jour me jour sur mon site travail ici je cite la societe Kamoa Copper SA a Kolwezi
    1. Tenez pour une meme categorie et meme fonction l’expatries en majorite blanc sudafricain est mieux payer et mieux loger.
    2. Le mode de transport utiliser pour retour en famille est l’avion pour les expatries en majorite des blanc sudafricain et le Bus Mulykap pour les congolais vivant a Lubumbashi.
    3. Un congolais de categorie superieur est moins payes et loges contre un expatries de categorie inferieure. Ce n’est pas General mais il y a des cas singuliers.
    4. Pour promouvoir le Congolais on regarde si il a une qualification ou diplome pour engager un expatries blanc on regarde l’experience… Quoi que l’experience peut etre mis en doute vu la qualite deplorable du travail. Les engagements on privilegie l’expatries blanc et vieux sudafricain qu’un jeune diplome Congolais et experiment.
    Le racisme se vit au Congo et les etrangers se permettent un peu de tout sans etre inquietes…

  8. Il serai mieux de vérifier une information avant de la lancée sur le net.
    Si pour vous le fait de retirer les anciens jouets qui étaient sur l’aire de jeux des enfants et les transférer à l’ecole de la communauté pour que seule les élèves puissent en jouir car le cercle a son espace qui est différente de celle de l’ecole, fait des grecs de racistes je me demande où va t-on finalement.

  9. C est triste de raconter des mensonges,,les grecs depuis des siècles sont un peuple démocrate et surtout pas raciste,,,,tu sais les dons que la communauté hellénique fait ??tu as déjà visité l eglise orthodoxe??il faut pas parler pour rien dire papa,,,,fake news tout ca,,,,

  10. Fake news,,,tu devrait avoir honte d ecrire ,,,,mentir c est un péché,,,t as déjà visiter l eglise orthodoxe????ou bien tu pries les démons??

  11. Le racisme existe bel et bien mais il existe dans les deux sens! Malheureusement. Arrêtons d accuser les autres pour les choses que nous faisons également. Dans la bible il est écrit, Mt 7 (1) Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés.
    Rom 14 (10) Mais toi, pourquoi juges ton frère? Ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère? Puisque nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu!
    Rom 14 (13) Ne nous jugeons donc plus les uns les autres; mais pensez plutôt à ne rien faire qui soit pour votre frère une pierre d’achoppement ou une occasion de chute.
    Ne parlez point du mal les uns des autres, frères. Celui qui parle mal d’un frère, ou qui juge so frère, parle mal de la loi et juge la loi. Or, si tu juges la loi, tu n’es pas observateur de la loi, mais tu en es juge. Jacques 4 (11 )

  12. Cercle Grec ou cercle hippique peut importe, il n’est en aucun cas considéré comme du racisme de séparer les espaces privés (école) des espaces communs (restaurant)!

    En ce qui concerne le cercle hippique, à ceux qui parlent sans savoir, l’espace VIP est réservé aux sociétés externes ou personnes physique ayant sponsorisé l’événement, chaque dirigeant est libre de distribuer ses bracelets VIP à ses employés, qu’ils soient blanc ou noir! 50% voir plus des membres du cercle hippique sont congolais alors le seul problème est peut-être parce-que vous n’y avez jamais mis les pieds?

    Encore une fois il est facile de parler sans savoir, il est là le petit esprit critique, j’appelle cela de la jalousie mal placée!

  13. Est-il mal de voir les membres d’une communauté ce regrouper entre membre de la communauté? Je ne pense pas. Le cas contraire détruirait toute la logique qu’il y a derrière une communauté « Privé ». Le véritable problème est double:
    1. Pourquoi nous congolais devons nous sentir complexé de ne pas appartenir à une communauté qui n’est pas la notre alors que de nombreux de lieux pourraient être emménagé pour assurer des échanges multiculturels.
    2. Il faut réaliser qui ni les politiques, ni notre comportement ne nous positionnent, nous congolais, en position de force dans la haute société. Nous volons, vendons, trafiquons tout ce qui pourrait faire notre fierté.

    Est-il étonnant alors de voir ceux à qui nous donnons du pouvoir au détriment du notre nous marcher dessus?

    Si la question dérange la réponse devrait être une sensibilisation pour un travail respectueux de nous mêmes et de nos frères.

  14. C’est un comportement à des courager, le gouvernement doit prendre les mesures prérogatives pour l unité et la cohésion. We are one.