article comment count is: 7

Écoles et Covid-19 en RDC : année blanche consommée !

Le 2 juillet a toujours marqué la proclamation des élèves et la clôture de l’année scolaire. Mais cette année, en raison du coronavirus, il n’y aura pas de proclamation le 2 juillet, tout simplement parce qu’il n’y a rien à proclamer. A moins d’un miracle, c’est l’année blanche, au grand dam de nos enfants. 

Tout a commencé le 18 mars 2020, quand le président Félix Tshisekedi a décrété l’état d’urgence sanitaire en RDC, suspendant par la même occasion toutes les activités scolaires et universitaires. Elèves et étudiants envoyés en une sorte de congé technique. Mais dans l’imaginaire collectif, tout le monde pensait que c’était juste pour deux ou trois semaines et que la situation allait vite revenir à la normale. C’était sans avoir consulté le point de vue du coronavirus.

La pandémie avait un agenda caché, celui d’en finir avec l’année scolaire 2019-2020. D’abord le confinement à Kinshasa où il n’y avait au départ que quelques cas positifs. Puis les provinces touchées se sont ajoutées les unes aux autres : 13 jusqu’à présent.  Au fil des jours, le nombre de contaminés ne cesse d’augmenter. Aujourd’hui on en compte plus de 6000. Si bien que ce qui n’était qu’un petit congé technique pour les élèves et les étudiants s’est transformé petit à petit en un cauchemar. Et l’année blanche est là.

Elèves et étudiants ne peuvent que « constater les dégâts » 

Depuis le 18 mars, date du début de l’état d’urgence, l’espoir de reprendre les cours s’amincissait au fur et à mesure que les jours, les semaines et les mois passaient. Aujourd’hui, on est à la fin du mois de juin et rien n’est en vue dans les écoles et les universités. Même si les autorités ne l’ont pas encore dit officiellement, on ne peut que constater une année scolaire et académique perdue. Que le gouvernement de la République nous dise alors le contraire. Enseignants, parents, élèves et étudiants doivent oublier l’année 2019-2020. Elle est perdue et ne reviendra plus.

Toutes les dépenses de fonctionnement des écoles faites jusqu’au 18 mars sont parties en vain. Le compteur est remis à zéro. Il faut se préparer désormais pour l’année prochaine : 2020-2021. Et si le gouvernement ne réussit pas à renverser la courbe ascendante du Covid-19, je me demande si les écoles pourraient oser ouvrir en septembre prochain. L’année 2020-2021 risque également de partir en fumée. Et à ce rythme, le pays sera plein d’enfants et jeunes illettrés. Que le gouvernement nous dise  ce que nous pouvons retenir.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (7)

  1. Ceci est une preuve d’une irresponsabilité hors normes de la part de nos dirigeants, plusieurs alternatives étaient envisageables pour éviter cette situation macabre qui semble désormais inévitable.

  2. Que de nous nourrir de l’espoir, il faut que le gouvernement nous dise la vérité ! Surtout qu’on ne prenne pas n’importe quelle décision quitte à rabaisser le niveau de notre système de l’éducation dans notre beau pays (faire passer les élèves dans les classes supérieures, organiser des examens qui laissent à désirer pour les classes terminales, …) !

  3. vraiment c est ça qu’ il faut ! Ont nous disent ce que nous pouvons mettre en tête que de nous jetté la poudre aux yeux 🙏🙏

  4. Vraiment mes frères soeurs nous constatons que notre gouvernement est incapable pour les études, est-ce que pour dire aux étudiants de se preparé pour l’année prochaine il faut se comparé avec d’autres pays, d’autres pays là a ces mentalités developper par rapport en R.D.C Parce que les congolais ont toujours de doutes methodique. N’est-ce pas en droit on dit l’orsque l’exception evoquez est conforme au jugement il faut que la personne soit aquitter? Si ce ça pour quoi pas évoquez le coronavirus en tant que une exception qui nous a fait perdu l’année academique, qu’on se prepare pour l’année prochaine.