article comment count is: 0

Ces féticheurs faiseurs des riches mais qui sont eux-mêmes très pauvres

Située à 14 km de Mbujimayi, la localité de Kabwe est réputée pour abriter de grands féticheurs. Ils disent fabriquer des fétiches porte-bonheur, mais aussi de mauvais sorts à jeter à « l’ennemi ».

Dans la ville de Mbujimayi, beaucoup se sont enrichis grâce au diamant et à d’autres commerces. Mais parfois, certains forcent le destin et n’hésitent pas à recourir aux fétiches pour s’enrichir. « C’est un pari risqué, car il y a des sacrifices à faire », m’a dit un féticheur que j’ai interrogé. Souvent la contrepartie pour que le fétiche marche, c’est verser le sang. Pas avec une arme, il y a des procédés mystiques. Parfois, on donne au féticheur un cheveu ou un morceau d’ongle de la personne qu’on veut sacrifier. Ou même on donne son sperme et on n’aura pas d’enfants toute la vie. C’est ce qui expliquerait le fait que certains hommes sont très riches mais sans enfants. Pas tous quand-même ! Bien sûr, scientifiquement ou rationnellement c’est compliqué à expliquer.

Féticheur, enrichis-toi toi-même !

Mais moi ce qui m’intrigue c’est lorsque ces fameux féticheurs, prétendus faiseurs des riches, sont eux-mêmes très pauvres. Ils vivent dans des huttes misérables. Pourquoi sont-ils incapables de changer leur propre vie et devenir millionnaires ? C’est là tout le pardoxe. Mais des personnes devenues riches par l’effet d’un talisman, ça existe. Les charlatans et les vendeurs d’illusion, ça existe aussi.

Dans mon quartier, une sentinelle témoigne que son patron « sort chaque nuit vers 1 ou 2 heures du matin, parle aux esprits et fait des cérémonies mystiques derrière la maison ». Bon ! Vous avez le droit de douter. Mais pour moi, certains comportements de ce monsieur (patron) semblent démontrer qu’il est dans des loges et est soumis à des exigences mystiques. La preuve, en décembre 2019, sa femme était gravement malade et est décédée, mais l’homme n’a même pas osé la visiter à l’hôpital. Sa propre femme, la mère de ses enfants ! Curieux, non ?

Il y a toujours un retour de la manivelle

J’ai vécu un cas où deux garçons sont allés à Kabwe pour devenir riches. À leur retour à Mbujimayi, l’un d’eux est devenu fou (aliéné mental) sous pretexte qu’il n’aurait pas respecté les interdits prescrits par son féticheur. Son ami est venu me demander 500 dollars à rembourser pour qu’il aille donner au féticheur afin qu’il enlève la malédiction. Bah, je lui ai dit que je n’en avais pas. Et même si j’en avais, c’est quand-même pas à placer dans une histoire comme ça.

Quant à moi, je déconseille aux jeunes de suivre ce genre de voies. C’est le chemin de la perdition. Je préfère gagner ma vie à la sueur de mon front, plutôt que donner mon âme au diable.

 

Partagez-nous votre opinion