Formation des leaders communautaires à la lutte contre les mariages précoces.
article comment count is: 0

Francine : j’ai 17 ans et j’ai décidé de me marier

Ce qui arrive à Francine, une jeune fille de 17 ans, est déplorable. La pauvreté l’oblige à se marier, mais sans le vouloir. L’histoire de Francine est révélatrice de ces nombreux mariages précoces dictés non par la tradition mais par la misère de la jeune fille.

Francine (nom d’emprunt) est une jeune fille qui a perdu espoir en son avenir. Après le divorce de ses parents, elle s’est retrouvée dans la rue avant d’être récupérée par son oncle paternel. Mais là également les choses n’ont pas bien tourné pour elle, car la femme de l’oncle « ne supportait pas sa présence ». Elle la faisait travailler comme une esclave. Francine raconte : « Chaque jour, j’étais presque la seule à être chargée de toutes les tâches de la maison de mon oncle. Balayer la cour, torchonner la maison, aller chercher de l’eau, faire la lessive et la vaisselle… Pendant ce temps, la femme de mon oncle faisait la grasse matinée. Et ses enfants étaient là à jouer, se divertir et passer du bon temps. »

Les enfants de l’oncle ont le droit d’aller à l’école, pas Francine

Ce qui chagrine Francine c’est le fait qu’elle ne pouvait plus aller à l’école. Elle a arrêté ses études en 6è année du primaire. La famille de son oncle la gardait à la maison pour s’occuper des tâches ménagères, pendant que les autres enfants allaient à l’école. « Je n’avais pas le choix. Je devais me soumettre de peur d’être chassée de la maison », explique la jeune fille.

Malgré tout, Francine a été « chassée » du domicile de son oncle sous pretexte que celui-ci n’a plus assez de moyens pour la prendre en charge. Elle relate cette mésaventure : « Il m’a dit de partir. Je l’ai supplié en pleurant mais en vain. Aujourd’hui, je suis devenue une véritable SDF (Sans domicile fixe). Je voltige tantôt chez une tante, tantôt chez une cousine, et personne n’accèpte de me garder chez lui. »

Unique solution : trouver un homme et se marier

Abandonnée à son triste sort, Francine espère désormais trouver un homme qui puisse l’aimer, l’épouser et lui donner une demeure. « J’ai 17 ans et j’ai décidé de me marier, annonce-t-elle fermement. C’est bien beau lorsque les gens me disent que je suis encore trop jeune pour me marier, mais personne ne s’occupe de moi. Je passe des journées entières affamée. Quand je tombe malade, je n’ai personne pour me faire soigner »…

Par contre, la version des faits présentée par Josianne la femme de son oncle est toute autre. Josianne déclare : « Je considérais Francine comme l’une de mes filles. Mais là où je n’ai pas été d’accord avec elle c’est lorsqu’elle a commencé à se prostituer trop jeune. Mon mari et moi lui avons donné toutes sortes de conseils, mais elle n’écoutait pas. Elle nous manquait même du respect. Ce qui a fait que nous puissions décider de nous séparer d’elle car nous avions peur qu’elle tombe enceinte dans la prostitution et surtout que nos enfants suivent son exemple… »

Qui a raison et qui a tort ? Je ne sais pas. Ce qui est vrai c’est que sans plus tarder, un candidat s’est déjà présenté à Francine pour le mariage. Mais elle dit l’avoir rejeté car l’homme est déjà marié et père de trois enfants. Et vous, pensez-vous que Francine a vraiment le droit de se marier à 17 ans ?

 

Partagez-nous votre opinion