article comment count is: 2

Les hommes d’Eglise n’ont-ils pas droit à l’erreur ?

Moïse Mbiye, Michel Bakenda et Mike Kalambay auraient-ils été coupables de crimes impardonnables ? Je me pose cette question étant donné les réactions que j’ai vues sur les réseaux sociaux congolais à la suite des scandales ayant éclaboussé ces trois musiciens chrétiens. Après analyse, je me rends compte que l’opinion voudrait que ces derniers soient automatiquement jetés en enfer sans autre forme de procès. A mon avis, ces hommes méritent de jouir de leur droit à la présomption d’innocence et à la miséricorde divine.

De nos jours, un homme d’Eglise qui commet une bourde grossière est automatiquement indexé et traité de faux serviteur de Dieu. Certes, il est censé être un modèle en tout, mais n’a-t-il pas autant d’imperfections que nous autres ? Loin de moi  l’idée de me faire l’avocat de qui que ce soit ici.

Ces derniers temps ont surgi des scandales dans lesquels sont cités tour à tour les chanteurs chrétiens Mike Kalambay, Moïse Mbiye et Michel Bakenda. Les réactions des internautes sont toujours passionnées. Nombre d’entre eux ne s’empêchent pas de tirer à boulet rouge sur les concernés. A mon sens, il faut que la culpabilité d’un accusé soit établie par la justice avant de porter un jugement sur lui. Ce qui n’est pas encore le cas des trois chanteurs mis en cause.

Aussi je me demande si un musicien dit « profane », un politicien ou un footballeur était touché par ce type de scandale, serait jugé avec autant de sévérité par l’opinion publique. D’ailleurs, nous avons vu certains politiciens victimes de publication de leurs images intimes garder leurs postes comme si de rien n’était.

Je n’en courage pas l’hypocrisie de quelques loups infiltrés dans la bergerie, mais je crois qu’il est important d’être tolérant dans certaines circonstances. Au-delà d’être musiciens à succès ou pasteurs, les trois personnes susmentionnées sont des humains sujets à tout type de faiblesse. La Bible dont ils se réclament fait état de personnages pieux mais faibles à diverses occasions. Ce fut le cas de David qui, non seulement s’était rendu coupable d’adultère mais avait aussi commis un meurtre. Pour autant Dieu ne l’avait pas rejeté éternellement. Il lui a accordé le pardon après sa repentance.

Sous d’autres cieux, il arrive aussi que des célébrités du Gospel se retrouvent empêtrées dans des scandales, mais on ne demande pas qu’elles soient punies avant que les faits ne soient clairement établis par la justice. Je trouve qu’au Congo on met en avant l’émotion oubliant le rôle de la justice dans pareil cas, ce qui n’est pas bon ni pour la victime ni pour le coupable présumé. Ne sommes nous pas en train d’enterrer nos propres héros ?

 

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

  1. les hommes d’église avoir droit à l’erreur ? quelle abération ! et de quelle eureeur parlez vous monsieur Mukekwa. ces mêmes erreurs que vous prêchez aux fidèles ? ces mêmes erreurs interdites dans la bible que vous consultez pour inspirer vos composition !? un chrétien, un vrai chrétien baptisé est celui qui est né de l’esprit et dès lors certaines oeuvres de la chaire ne peuvent jamais et au grand jamais l’atteindre. au cas contraire, ce chrétien n’en est pas un et céla va de meme pour les musiciens et pasteur.