article comment count is: 0

RDC : quel est le bon moment pour l’identification de la population ?

La RDC n’a pas produit des cartes d’identités depuis environ 35 ans. Pourtant, sans l’identification de la population, il est difficile pour un pays de maitriser les paramètres liés à son développement et à sa sécurité.

Dès son accession au pouvoir en janvier 2019, le président Félix Tshisekedi avait annoncé que le recensement de la population serait l’une de ses priorités. Mais certaines personnalités politiques ont estimé que c’est juste une façon pour lui de retarder élections prévues en 2023. On se rappelle qu’en 2014, le régime de Joseph Kabila avait également manifesté la volonté de procéder au recensement de la population. Il y a eu les mêmes réactions hostiles. Finalement que cherchent réellement nos politiciens ? Quel est le bon moment pour le recensement ?

En tant que blogueur, j’ai posé cette question à certains compatriotes congolais : pensez-vous que le recensement de la population n’est pas une priorité ? Les réponses mettent en évidence des avis très partagés.

« Non, le recensement n’est pas une priorité en RDC »

Parmi ceux qui pensent que le recensement est inopportun, il y a deux tendances. Pour les uns, la plus grande priorité actuellement c’est le « social » de congolais. Il faut d’abord améliorer les conditions de vie des Congolais, en suite on pourra parler de la carte d’identité. Pour d’autres, le recensement n’est qu’une manœuvre politicienne du régime actuel pour ne pas organiser les élections dans le délai constitutionnel.

« Oui, l’identification de la population est primordiale »

Contrairement à ceux qui jugent inopportune l’identification des Congolais, d’autres par contre estiment que ce n’est pas normal que dans un pays comme la RDC, il n’y ait pas de fichier général actualisé de la population. Comment l’Etat congolais peut-il bien assurer la sécurité de sa population s’il n’en connait même pas le nombre ? En d’autres termes, ce serait facile pour des rebelles et des étrangers de s’infiltrer dans la population.

Hormis le problème d’insécurité, il faut savoir que l’identification des personnes est l’une des clés du développement durable. Aussi, sans la carte d’identité, la crédibilité des élections en RDC est douteuse. L’identification de la population va suffisamment garantir la transparence des élections.

Ne politisons pas l’identification de la population

Pour prouver notre identité comme Congolais, nous sommes obligés de présenter notre carte d’électeur qui actuellement fait office de carte d’identité. A défaut de la carte d’électeur, la carte de service ou d’étudiant, ou encore le permis de conduire jouent le rôle de pièce d’identité. C’est inacceptable ! Personnellement, ça m’agace.

En résumé, si à chaque régime, on doit juger inopportune l’identification de la population, nous risquons de ne plus jamais avoir de carte d’identité.

 

 

 

 

 

« Cet article est écrit avec l’appui technique d’Internews, grâce au financement de la coopération suédoise, l’USAID et la coopération suisse.  Les opinions partagées dans cet article ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI), de l’USAID, la coopération suisse, ainsi que des gouvernements suédois, des États-Unis et suisse. »

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion