article comment count is: 10

Nord-Kivu : le Fonds social de la RDC et ses projets sans utilité sociale

En cette période de crise sanitaire mondiale due au coronavirus, le Fonds social de la RDC a mis en place un projet qui consiste à balayer certaines artères asphaltées des villes du Nord-Kivu. Mais est-ce vraiment une priorité qui répond aux besoins de la population ?

Parmi tous les problèmes que rencontre la population du Nord-Kivu, le Fonds social de la RDC estime depuis plusieurs mois que le balayage des artères asphaltées des villes est la priorité. Tout habitant de Goma, Beni ou Butembo peut légitimement s’interroger sur la pertinence d’un tel projet.

En effet, chaque jour après le balayage, la poussière revient naturellement sur nos routes. Ces travaux coûtent des milliers de dollars sans servir les besoins réels de la communauté locale. Que restera-t-il à la fin de ce projet ? Sans doute un retour à la case départ et l’oubli de ce Thimo (travaux de haute intensité de la main d’œuvre).

Laissons la pluie laver nos artères, nos villes ont d’autres besoins urgents

Il est vrai que le but des projets Thimo est de fournir un emploi aux plus démunis. Mais il est aussi vrai que le travail qui est confié à ces citoyens doit avoir un impact visible sur la vie de la société. Ce qui n’est pas le cas avec ce projet de balayage ! Nos villes ont des besoins bien plus urgents : c’est l’approvisionnement en eau et en denrées alimentaires par exemple.

Pourquoi ne pas déblayer les routes qui relient les grands centres urbains aux villages agricoles et entités voisines ? Pourquoi ne pas mettre en place un projet avec une réelle utilité sociale qui permettrait de désengorger les villes et les villages ? Avec de vrais projets, des personnes sans emploi pourraient accéder à une activité génératrice de revenus, tout en impactant positivement la vie de la communauté.

Grâce à ces milliers de dollars, le problème d’approvisionnement en eau dans le Nord-Kivu pourrait être réglé, notamment en définissant par exemple un projet Thimo pour le traçage des canaux pour l’adduction d’eau potable. Avec la participation locale, certains quartiers pourraient ainsi résoudre leurs problèmes de carence en eau potable. Elle est longue la liste d’actions possibles et utiles à mener. Bref, il existe des problèmes bien plus urgents dans nos villes.

Il faut impliquer les premiers concernés : la population locale

Une question essentielle se pose : comment et par qui sont définis les projets Thimo ? Est-ce le gouvernement provincial ? La mairie ? Le comité local de développement ? Ou carrément le bailleur ? Dans tous les cas, il y a un problème. Le minimum serait de faire participer la communauté à l’identification de ses propres besoins. Bien sûr, avoir des routes propres est une bonne chose. Et après ? Est-ce que cela changera la vie quotidienne des Congolais sur le long terme ?

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (10)

  1. Laissons la pluie balayer nos routes ? Mais est ce que vous avais bien reflechi ? On ecrit pas un article juste pour ecrire. Donc laissons nos routes salles, sans entretien et faisons autre chose… Reflechissez bien.

  2. Il faut savoir ce qu’il faut écrire, il faut éviter de faire passer vos idées à la place de la raison. Savez-vous que ce projet donne à combien des jeunes une occupation ? En quoi servirait-il de garder cet argent dans des poches de certains au lieu et place de ce projet? La publication doit inspirer la réalité et non pas les imaginations.

  3. Ces travaux oui pouraient impacter la vie socio-économique de la population dans le sens que l’argent qui jadis étaient affecté pour le traitement de certaines maladies dues à l’insalubrité de la ville, pourait servir à l’achat de denrés alimentaire et autres choses!.

  4. excellente révélation !!!

    car dans une province comme la notre où le villages nourriciers sont carrément séparés de leurs nourrissons ( ville )…comment pouvons-nous laisser broyer autant d’argent et laisser  »le font social » s’approprier la tache qui serait normalement l’apanage des mairies ou autorités locales ? …pensons à désengorger ces désertes agricoles pour facilement irriguer la nourriture vers nous !

    Merci cher Richard Thaghembwa

  5. Le rédacteur de l’article a-t-il interrogé les acteurs concernés (autorités locales, population ciblée, équipe locale du Fonds Social de la RDC) pour obtenir leur son de cloche?
    Est-ce que TOUS les projets que le Fonds Social de la RDC exécute au Nord Kivu sont SANS utilité sociale et/ou économique pour les populations locales?

  6. Il ne faut jamais décourager une activité déjà amorcée, petite qu’elle soit nous en avons besoin, par contre il faut proposer vos réelles convictions qui seront examinées selon les moyens car dit-on l’Union fait la force.

  7. Pour un non avertit, facilement on conclut que c’est de l’argent jeté, et c’est là qu’on reconnait qui est professionnel du domaine et qui ne l’est pas. Les fonds que vous croyez jetés, en menant une enquête, vous révéleront qu’ ils sont investis dans l’alimentation (pour ouvrir des routes, vous devez disposer des personnes en bonne santé et bien nourries), dans la santé (soins médicaux), l’acquisition de l’actif productif (renforcement d’un commerce sur lequel l’Etat perçoit des taxes, l’acquisition du matériel végétal et animal…).

    Je suis ravi de voir que des journalistes s’intéressent à ce qui se passe dans leur environnement immédiat et peuvent y faire un large écho. Heureusement que le ridicule ne tue pas en RDC. Une meilleure information serait de nous apporter un sondage des bénéficiaires, une analyse sur l’impact de la Covid 19 dans les provinces concernées. Serait il possible de vous informer et de mener une analyse comparative avec les autres nations pour savoir comment celles ci ont réagis face à la Covid 19?
    Et si vous vous êtes seulement informés sur comment les projets sont ils identifiés? Avez vous fait un sondage auprès des autorités locales, les Présidents des CLPD?
    Merci de vous informer sur ce qu’est ce la protection sociale, les réponses adaptées face à la COVID 19 et les retombées.

  8. Commentaire même dans les villes les plus proores ils ya des gens qui sont là chaque jour pour balayé. le fonds social Nord Kivu aident beaucoup des gens à travers ces projets