article comment count is: 0

Deux obstacles majeurs à la liberté d’expression

Considérée comme le fondement de toute démocratie, la liberté d’expression compte plus d’un obstacle. En règle général, c’est le gouvernement qui constitue un obstacle à la liberté d’expression. Mais en réalité, les autorités politiques ne sont pas les seules à faire obstacle à ce droit fondamental. Hormis les gouvernants, voici deux obstacles majeurs à la liberté d’expression.

L’article 23 de notre Constitution dispose : « Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit implique la liberté d’exprimer ses opinions ou ses convictions, notamment par la parole, l’écrit et l’image, sous réserve du respect de la loi, de l’ordre public et des bonnes mœurs. » Et l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme énonce clairement, qu’aucun individu ne doit être inquiété pour ses opinions.

Malgré les deux textes précités, la liberté d’expression connait encore plus d’obstacles, et ce de la part de tous. Je vous en cite deux.

        1. L’intolérance des uns et des autres

Vous êtes d’accord avec moi qu’on ne peut pas tous avoir les mêmes opinions tout le temps. Il arrive donc que les opinions des uns s’opposent à celles des autres, et cela dans n’importe quel domaine ou sujet. Et en démocratie, chacun est libre d’exprimer publiquement ses points de vue, en évitant bien sûr de franchir les limites à la liberté d’expression. Evidemment, ceux qui s’y opposent ont également le même droit. Seulement, on peut contredire les pinions de l’autre tout en restant tolérant. Selon le Larousse, est tolérant celui ou celle qui admet chez les autres des manières de penser et de vivre différentes des siennes.

Malheureusement, dans notre société plusieurs personnes veulent imposer aux autres une pensée unique dans un sens ou dans un autre. Il y en a même qui vont jusqu’à dénigrer les autres en les attaquant de façon personnelle, simplement parce qu’ils ne voient pas les choses de la même manière.

        2. Le militantisme aveugle

Nous sommes en démocratie. C’est donc tout à fait normal que chacun défende les idées de son parti politique ou de son leader d’opinion. Néanmoins, j’estime que soutenir un leader ou un camp ne signifie pas qu’il faut le défendre à tout prix.

Prenons l’exemple des militants des partis politiques. D’une part, ceux qui soutiennent le pouvoir en place défendent toutes ses actions, même quand il fait fausse route. D’autre part, les adeptes des opposants au régime actuel condamnent toutes les décisions des autorités du pays, y compris les bonnes. Jusque-là, rien d’anormal, mais là où le bât blesse, c’est quand un camp refuse à l’autre le droit d’exprimer librement une opinion contraire.

A cause de l’intolérance et du militantisme des uns et des autres, certaines personnes, pour ne pas se faire attaquer sur la toile, voire physiquement, elles préfèrent carrément renoncer à ce droit fondamental, à savoir, la liberté d’expression. D’où, la nécessité de combattre ensemble l’intolérance. car la liberté d’expression est un droit dont nul ne peut priver l’autre.

 

 

 

« Cet article est écrit avec l’appui technique d’Internews, grâce au financement de la coopération suédoise, l’USAID et la coopération suisse.  Les opinions partagées dans cet article ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI), de l’USAID, la coopération suisse, ainsi que des gouvernements suédois, des États-Unis et suisse. »

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion