article comment count is: 1

Pari-foot : quand l’amour du gain dépasse celui de son équipe

Le pari sportif prend de l’ampleur dans plusieurs villes de la RDC. Des milliers de Congolais jouent sans se décourager, espérant remporter un jour le jackpot et empocher des millions. A Butembo – ville du Nord-Kivu – quand un parieur joue, ce n’est pas pour un simple divertissement, mais plutôt pour se faire de l’argent et avoir de quoi vivre. Du coup, un fan de Real Madrid pariera contre son équipe s’il pense qu’en le faisant il gagnerait son pari.

Depuis près d’une décennie, le football européen s’est imposé comme un plaisir incontournable dans les cœurs des Congolais. Bien plus, le pari-foot est devenu tout un job pour certains en RDC. Vous trouvez des fans qui peuvent, de mémoire, vous citer tous les exploits passés des équipes européennes, alors qu’ils sont incapables de le faire pour les Léopards, leur équipe nationale de football. « Je mourrai habillé aux couleurs de Barcelone », disait un arbitre de Beni décédé il y a deux mois dans un tragique accident de voiture. Et lors du drame, il portait bien une vareuse du Barça son club favori.

Beaucoup de fans justifient leur amour pour le foot européen par sa meilleure qualité et ses gros moyens financiers. Ainsi, les clubs ennemis en Europe ont aussi des fans ennemis au Congo. Des fois, les fans sont si amoureux de ces équipes européennes qu’ils finissent par en venir aux mains pendant des discussions de quartier.

Le gain plus aveugle que l’amour

Google Trends cette semaine ressort des chiffres qui traduisent l’amour des Congolais pour le ballon rond. Parmi les mots les plus recherchés sur Google il y a « Live Sport », « Livescore 4 » ou encore « football » et « Champion’s League ». Mais cet amour du football que semble traduire ce Google Trends cache plutôt la recherche du gain. Ces mots les plus tapés sur Google sont en effet des sites qui donnent les résultats des matches en direct. Ainsi toutes les secondes, ceux qui ne peuvent pas suivre tous les matches sur lesquels ils ont pariés, passent par ces sites pour suivre comment évoluent les jeux. Ainsi par ricochet, ils peuvent voir l’évolution de leurs gains.

Dans un pays connu pour son niveau élevé de chômage – d’ailleurs ceux qui sont employés ont soit de maigres salaires, soit pas de salaire du tout –, toute occasion de gagner de l’argent est à saisir. Alors le parieur ne misera pas sur son équipe par amour, ni par orgueil. Il n’hésitera pas à parier sur l’échec de son équipe du cœur s’il pressent la victoire de l’équipe adverse. Une fois sur ces sites de pari, un fervent fan de Real Madrid a surpris en se réjouissant de la victoire de son ennemi juré, le FC Barcelone. Il avait parié que Barcelone l’emporterait et il a gagné sa belle cagnotte.

Pareil pour les équipes nationales. Notre blogueur Richard Taghembwa a rencontré récemment un parieur qui lui a confié que son club favori c’est le Tout-puissant Mazembe. Mais au vu des performances historiques reconnues aux différents adversaires qui jouent contre Mazembe, ce parieur mise parfois sur l’adversaire. « C’est pour gagner un peu d’argent. L’argent pour ma bière du soir… », se justifie-t-il. De quoi donner raison à celui qui a dit que l’intérêt est plus aveugle que l’amour.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)