article comment count is: 0

Présenter des bandits à la presse n’enraie pas la criminalité à Lubumbashi

La criminalité monte en flèche à Lubumbashi. Des vols, viols et tueries sont signalés presque chaque semaine dans la ville. Mais grâce aux efforts des patrouilleurs, il arrive parfois que des bandits tombent dans les filets des agents des services de sécurité.

En effet, plusieurs groupes  de bandits ont été arrêtés ces dernières semaines à Lubumbashi, plus d’une centaine. Et pour saluer ces vastes et jolis coups de filet, les autorités provinciales du Haut-Katanga les ont chaque fois présentés avec pompe à la télévision. Du coup, les chaînes de télévision nous ont offert ce que les autorités provinciales attendaient : le spectacle.

Présenter les présumés bandits à la presse, viole le principe de présomption d’innocence     

Les autorités préfèrent montrer au public, via la télévision, ces présumés bandits qu’elles arrêtent. Elles espèrent ainsi montrer qu’elles travaillent. Mais, je m’interroge si cette approche ne viole pas le principe fondamental des droits des personnes à la présomption d’innocence. En tout cas, rien ne prouve a priori que les personnes accusées de criminalité sont véritablement coupables des faits qui leur sont reprochés. Mon propre jeune frère qui faisait son footing matinal un weekend, par exemple, a été arrêté et assimilé aux voleurs.

La famille était sans nouvelle de lui, avant qu’on ne le voie présenté à la télévision parmi les malfrats. Cet incident m’avait tellement choqué. Ce n’est là qu’un cas parmi tant d’autres, qui relèvent des excès dans la présentation de présumés bandits.

Les criminels authentiques existent réellement. Les arrêter est très important. Mais c’est mieux de les juger et les maintenir en prison jusqu’à la fin de leur peine. Mais attention, arrêter des innocents et les présenter comme des bandits n’est pas du tout correct. Et même pris armes à la main, ils demeurent présumés innocents jusqu’à ce que leur culpabilité soit établie par un tribunal. Et c’est le travail d’un juge, pas de la télévision.

Les autorités présentent ainsi les bandits pour se dédouaner

Face à la montée de la criminalité à Lubumbashi, la population accuse très souvent les autorités de passivité ou d’incompétence. Mais curieusement, nous avons chaque fois droit à une nouvelle présentation d’un nombre impressionnant de bandits. Et je me demande si les dirigeants ne procèdent pas ainsi pour calmer la colère de leurs administrés. C’est d’autant plus préoccupant que les chaînes de télévision qui diffusent ces images donnent l’impression de se transformer en « un tribunal du buzz ».  On peut alors se rendre compte que la stratégie des autorités, sous pression populaire, vise « parfois » à détourner l’attention de la population.

Pour enrayer le phénomène des bandits à Lubumbashi, il est certes important de punir les coupables de manière exemplaire, mais il reste aussi urgent de regarder parmi les services de sécurité accusés eux aussi de complicité avec des tueurs. Alors, dans ce cas, le problème ne va pas se régler à la télévision.

 

Partagez-nous votre opinion