article comment count is: 0

Le préservatif sauve, il ne tue pas !

Dans la société congolaise, plusieurs personnes n’aiment pas utiliser les préservatifs. Les raisons sont multiples. L’idée d’un corps intermédiaire entre deux corps en rapports sexuels est généralement évoquée comme une gêne. Pour d’autres, ce sont carrément des histoires de méfiance qui voudraient que le préservatif serait à l’origine de maladies.

Cédric, 23 ans, un jeune de Lubumbashi, parle aisément de son expérience sexuelle, à propos du préservatif. À l’école secondaire, toute intimité se résumait en des embrassades avec ses copines. Mais depuis qu’il est à l’université, il s’offre plus que cela avec sa petite amie.

La peur de sa vie, ce n’est sans doute pas le VIH ou d’autres infections. « Je lui fais confiance, explique-t-il, parlant de sa copine. Et je n’utilise pas le préservatif pour éviter des maladies sexuelles, mais plutôt pour éviter surtout la grossesse. »

Le préservatif n’enlève rien au plaisir

Si pour Cédric le préservatif n’est pas important, la crainte de faire usage de cette protection sous prétexte qu’elle diminue le plaisir n’est pourtant pas fondée. Le latex utilisé pour la fabrication de ce produit est tellement fin qu’on a le même plaisir. Mais le problème c’est que plusieurs personnes se sont mis dans la tête que si le préservatif se déchirait dans le corps de la femme, elle en mourrait. Faux, bien évidemment. Il est si élastique qu’il pourrait contenir plus de 20 litres d’eau. Mais des préservatifs qui craquent, ça existe et cela est déjà arrivé à plusieurs personnes. Seulement je n’ai pas encore appris qu’une mort ait survenue à cause de cela.

Il y a des doutes sur la sûreté des préservatifs. Et oui ! Ce n’est pas en portant le préservatif qu’on est hors de tout danger de maladies sexuelles. Mais c’est le bon port qui nous en préserve. Pour les plus prudents, peut-être un peu parano, ils en portent deux pour une bonne sécurité sexuelle. Le mieux est de respecter les étapes du bon port mentionnées sur l’emballage.

Lors de l’ouverture, s’assurer de ne pas le déchirer avec un ongle. Pincer le bout pour évacuer l’air et dérouler sur le pénis. Si le préservatif ne se déroule pas sans difficulté c’est qu’il est à l’envers. Il faut juste le mettre à l’endroit, c’est simple.

 


Vous pouvez lire aussi : Apeurée par le VIH, elle se résout à donner des capotes à son fils

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.