Crédit : photo tiers
article comment count is: 0

Profanation des lieux de culte à Mbuji-Mayi : ce n’est pas l’UDPS

Selon le diocèse de Mbuji-Mayi, des lieux de culte auraient été profanés par des personnes non autrement identifiées. Des actes qui coïncident avec l’attaque de l’archevêché de Kinshasa, dans un contexte tendu opposant les confessions religieuses sur la désignation du président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et dont l’un des candidats est soupçonné d’être proche du chef de l’État.

Beaucoup ont attribué ces attaques des paroisses catholiques de Mbuji-Mayi au parti au pouvoir, l’UDPS, dont le secrétaire général avait tenu des propos durs contre le cardinal Ambongo. Pourtant, ce ne sont pas les militants de l’UDPS qui sont à la base de ces actes. Le diocèse de Mbuji-Mayi a évoqué plutôt la piste de féticheurs. Eh oui, vous avez bien lu.

L’église soupçonne des féticheurs dont le but est de voler des objets sacrés. Le vol des statuettes de la vierge Marie a commencé avant même qu’il y ait cette tension actuelle autour de la désignation du président de la Céni. Mais les médias et les réseaux sociaux ont versé dans la désinformation.

Cependant, toute attaque contre l’Église est condamnable. Ce n’est pas la première fois que des édifices religieux sont visités après que les prélats aient pris des positions controversées ou engagées. En 2018, des églises avaient été vandalisées, voire gazées par la police, pour empêcher des manifestations contre le régime de Joseph Kabila.

Si la piste des féticheurs est confirmée, voici les motivations

Pour les adeptes des rites ésotériques, une paroisse catholique est une véritable mine d’or. Quand on consacre une paroisse ou une chapelle, on lui donne un nom. Généralement c’est celui d’un saint. La tradition veut que les restes de ce saint soient enterrés sous l’Altar (l’autel) de l’édifice et consacrés par l’évêque du lieu. L’esprit du saint rôde ou réside donc dans les lieux et protège la paroisse contre les forces maléfiques et éventuellement, les catastrophes naturelles (si la paroisse se trouve dans une zone à risques).

Suivant le principe non écrit selon lequel les forces cosmiques sont plus puissantes que les forces de la nature, les reliques d’un saint (un os, un ongle ou un objet lui ayant appartenu) ont donc une valeur inestimable. Cependant, tous les saints n’ont pas la même puissance.

Pensez-vous que ce soit un hasard que les plus grandes loges de la Rose-Croix à Kinshasa soient situées à quelques mètres d’une paroisse catholique ?

Voler l’aura des saints et d’objets sacrés

Les saints les plus puissants sont les archanges. Une paroisse ou une chapelle consacrée à Saint-Raphaël, Saint Michel ou Saint Gabriel, rayonnent plus que les autres. Dans ce genre de paroisses, une statue de la vierge Marie, des bougies pascales ou des hosties consacrées sont des butins pour lesquels beaucoup seraient prêts à dépenser des sommes considérables.

Toute la puissance d’un saint ne réside pas que dans une paroisse. Il y a des chapelles où résident des esprits protecteurs plus puissants que d’autres. De mon expérience, la chapelle la plus puissante à Kinshasa se trouve à la deuxième rue Limete. Mais je ne vous dirai pas où.

Évitez de profaner un lieu consacré. On peut être de religion différente, mais il ne faut jamais profaner un lieu saint ou encore moins s’attaquer à un ministre du culte, quelle que soit sa religion. Consacrons dans notre culture, le respect du « sacré ».

 

 

 

 

« Cet article est écrit avec l’appui technique d’Internews, grâce au financement de la coopération suédoise, l’USAID et la coopération suisse.  Les opinions partagées dans cet article ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI), de l’USAID, la coopération suisse, ainsi que des gouvernements suédois, des États-Unis et suisse. »

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion