article comment count is: 0

Quand on est une femme, que faire face à un homme violent ?

« Un homme parfait ». Je ne sais pas si j’en suis un. Mais, ceci est plutôt le titre d’un film que j’ai regardé et dans lequel une femme qui pensait avoir trouvé le grand amour découvre que son époux est très violent et n’arrive pas à gérer sa colère. Une situation qui rend leur relation toxique. Ce film, reflète la réalité de nombreuses femmes en couple avec des hommes qui les battent régulièrement, et dans le pire des cas, les tuent.

A Kinshasa, une affaire impliquant une femme battue à mort par son mari avait provoqué une vive émotion. Des militantes des droits des femmes avaient manifesté devant le Palais de justice et déposé un mémorandum appelant à plus d’actions pour protéger les femmes battues. C’est la première fois en RDC que ce sujet tabou, considéré comme une affaire conjugale ordinaire, était pris au sérieux par les autorités.

L’homme violent reproduit-il ce que faisaient ses parents ?

Bien qu’il n’existe pas de statistiques précises, l’expérience a montré que les hommes qui ont grandi dans des familles où leurs mères subissaient de mauvais traitements, étaient plus enclins à le reproduire face à leur copine ou conjointe. Se disputer ou se battre devant ses enfants a donc, comme conséquence d’ériger l’homme violent en « modèle » pour le petit garçon qui y assiste et cela banalise la violence.

Quand on doit assumer son rôle de père ou d’époux, en ramenant à manger à la maison et en s’occupant de toutes les charges d’un foyer, le chômage et le sous-emploi ravivent l’anxiété. Ce qui pousse de nombreux hommes à se réfugier derrière l’alcool, développant ainsi une prédisposition à la violence.

Mais attention à ne pas confondre violence et conflit de couple. Quand un homme excédé par toute la pression qu’il subit réagit violemment, ce n’est pas la même chose avec celui qui prend une femme pour un sac de boxe à chaque contradiction sur n’importe quel sujet.

La difficulté pour une femme de se défaire d’un homme qu’elle aime prime souvent sur son caractère violent. A mon sens, la violence conjugale devrait être un sujet à aborder avant de pousser une relation plus loin. On a beau parler de la dot et de ses implications financières, mais il est important que ce sujet figure parmi les critères d’acceptation d’une relation durable.

 

 

 

 

« Cet article est écrit avec l’appui technique d’Internews, grâce au financement de la coopération suédoise, l’USAID et la coopération suisse.  Les opinions partagées dans cet article ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI), de l’USAID, la coopération suisse, ainsi que des gouvernements suédois, des États-Unis et suisse. »

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion