article comment count is: 1

Sud-Kivu : l’alcool, ce gouffre qui engloutit la jeunesse

A Bukavu, il se dessine depuis quelques temps une sorte de nouvelle définition de la vigueur chez les jeunes. Est vigoureux celui qui ingurgite le plus de verres d’alcool. Seulement, alcool et scolarité, même s’ils sonnent presque pareil, ne peuvent faire route ensemble. Qui boit, qui se noie dans l’alcool, noie aussi très souvent son avenir.

Alors, à qui la faute ? La société serait-elle coupable d’une certaine façon ? Comment lutter contre ces breuvages qui mettent à mal l’avenir de certains jeunes ?

S’enivrer du matin au soir est devenu leur quotidien    

Bajaj, non pas cette marque de moto, mais c’est le nom des endroits où sont vendus des alcools fortement concentrés, les sapilos, et à très faible prix. Ces boissons sont de tous les noms : Barça, Simba, Kobana, etc.

J’ai visité un de ces endroits. C’était avec effroi que j’ai découvert que la majorité des clients c’était des jeunes dans la vingtaine. Mais beaucoup ont des visages de soulard. Et juste là, dans un coin, un jeune attire mon attention. Il était dans un état presque second. J’essaie de lui parler, mais tout le monde me dit : « Il ne pourra pas te répondre. »

C’est là que j’apprends qu’il passe toutes ses journées ici. Dès le matin, il est là et jusque tard le soir. Il ne fait rien d’autre de sa vie. J’étais choqué. Et plus douloureux, il est père de quelques enfants qui vivent chez ses parents. Il ne peut même pas s’occuper d’élever ses mômes.

Quand les parents payent la note de leur enfant soulard

« Avoir un enfant accro aux boissons alcoolisées ce n’est pas facile à gérer. Mon fils a commencé à consommer de l’alcool dès l’école secondaire, il n’a pas pu terminer ses études », raconte un parent, désespéré. Il ajoute : « Plus les jours passaient, plus il devenait dépendant de l’alcool. Il est devenu insupportable. Non seulement il est alcoolique mais il ne cesse de nous voler de l’argent à la maison. Il ne sait plus quoi faire de sa vie, on ne sait plus comment le contrôler ni comment l’aider à arrêter de prendre l’alcool. »

Je n’ose pas imaginer leur douleur. Élever son enfant jusqu’à un certain âge et le voir gâcher son avenir dans l’alcool. Ils sont persuadés qu’il aurait eu une autre vie s’il ne s’était pas livré à l’alcool.

Pourquoi la vente de ce genre de produits très alcoolisés n’est jamais interdite sur nos marchés ? Nos dirigeants ne pensent-ils donc pas aux dangers que cela représente ?

Si la jeunesse est l’avenir, et que l’avenir se prépare aujourd’hui, alors il est temps de vite agir.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)