article comment count is: 0

A mon ami politicien Katangais, Kasaïen, Mungala, Mukongo (partie 1)

Je fais ce constat comme plusieurs. Oui, les Katangais n’ont pas compris qu’ils sont en train de perdre en politique sur plusieurs fronts. Je crois que Félix Tshisekedi n’est pas la cause. Le problème a commencé avec Kabila. Beaucoup n’ont pas compris le jeu.

Observez bien : les leaders katangais encore en vie aujourd’hui ou qui n’ont pas eu de sérieux ennuis sous Kabila, ils ont soit décidé de faire profil bas (se taire), soit ils se sont effacés sans s’intéresser à la politique.

Ils se sont fait la guerre

J’ai eu des interviews avec deux de plus grands politiciens katangais de premier rang. L’un m’a dit : « Aujourd’hui, vous ne savez pas faire la politique. Je préfère me taire. »

L’autre, c’est Raymond Muyumba Maila, encore vivant aujourd’hui, m’a dit avec insistance : « Tshombe, Sendwe et les autres, même s’ils se sont fait la guerre, mais ils n’étaient pas dans la haine de l’adversaire. »

J’étais étonné d’entendre cela. Et je cherche toujours à comprendre cela aujourd’hui.

Katangais, soyez patients

Pour revenir à l’affaire des gens qui seraient aujourd’hui pourchassés par le régime Tshisekedi, je crois que les Katangais doivent comprendre que cela appartient aux jeux politiques. Si cela est avéré. Disons-le sans ambages : Laurent-Désiré Kabila était-il cool avec Étienne Tshisekedi ?

Aujourd’hui vous êtes puissants, demain vous ne le serez pas. Il vaut mieux accepter cela comme un jeu politique et se préparer, si on veut encore accéder au pouvoir.

Vous parlez de John Numbi, Richard Muyej, Agnès Mwad et Moïse Katumbi pour soutenir la thèse d’un complot ? Je crois qu’il faut éviter les amalgames. Si en réalité Félix est derrière tous ces cas, ce n’est pas bien.

Mais n’oubliez pas que de nombreux autres Katangais sont dans les institutions actuelles. Et, en son temps, Kabila n’avait pas non plus travaillé avec les gens de cette région.

Les guerres ont commencé au PPRD et au FCC, bien avant Tshisekedi

Ntambo (J. Numbi), Muyej, etc., ont eu des ennuis dans leur propre camp : le FCC ou, plus globalement, dans le camp de l’ancien régime. Même au sein du PPRD, beaucoup ont souffert.

S’il y a guerre, elle a commencé après 2013, contre ce qu’on appelle à Kinshasa les « Baswahili ». Alors, c’est la guerre de succession, la course au « dauphinat ». Une heure qui s’est avérée une guerre des clans. Ce n’est pas un secret. Prenez le temps de méditer sur chaque événement, sur chaque rumeur.

Je ne veux pas être bavard ici. Mais, vous êtes un politique, je sais, vous comprendrez beaucoup de choses. 32 ans après Mobutu, quels changements a-t-on vus dans l’Equateur? Pourtant, on dit qu’il avait propulsé les  gens de la région et puni les Katangais.

Après 18 ans de Joseph Kabila, quels changements dans le Katanga? Pourtant, on dit qu’il a propulsé de nombreux Katangais. Vous connaissez ce que Kasavubu a fait. Pas de miracle dans le pays Kongo, sous son mandat !

Sur la base de ces exemples, pensez-vous que Félix Tshisekedi va faire des miracles au Kasaï ? Pas très sûr. J’en doute fort. Il a des urgences dans l’Est, un électorat à convaincre au Katanga et aux Kivu, et des Kinois à rassurer.

La suite de ce billet, pour bientôt !

 

 

 

 

« Cet article est écrit avec l’appui technique d’Internews, grâce au financement de la coopération suédoise, l’USAID et la coopération suisse.  Les opinions partagées dans cet article ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI), de l’USAID, la coopération suisse, ainsi que des gouvernements suédois, des États-Unis et suisse. »

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion