article comment count is: 1

Appel à une « ville-morte », les avis sont partagés parmi les kinois

L’opposition appelle à une journée ville morte le mardi 23 août 2016 sur toute l’étendue du territoire national. Respectera-t-on le mot d’ordre du rassemblement de l’opposition ? Les avis semblent partagés…

Les pros « ville morte »

Au croisement des avenues de « l’Université » et « Béni », dans la commune de Lemba, les partisans de l’UDPS postés devant les journaux félicitent le Rassemblement pour avoir décrété cette journée. Ils suggèrent aux gens de ne pas sortir demain car, en agissant ainsi, disent-ils, « ils montreront leur opposition à Edem Kodjo », qu’ils jugent être en complicité avec la majorité au pouvoir.

« Kodjo doit partir demain » lâche un sympathisant au niveau du rondpoint Ngala. Toujours devant les journaux parus ce lundi, les partisans de l’opposition préparent déjà les chansons pour la journée de demain. « Kodjo zonga tika oko koka makambo oto te ».

Michel, étudiant à l’Université de Kinshasa, stipule que cette journée a pour but de bloquer le facilitateur Edem Kodjo dans sa tentative visant à lancer, à la même date, les travaux du comité préparatoire du dialogue.

Les antis « ville morte »

Pour Florent Mbaka, c’est un dérangement inutile . « Je me demande pourquoi nos politiciens veulent compliquer les choses. Ils ont demandé le dialogue tout en posant plusieurs conditions que le pouvoir commence à satisfaire. Notamment la libération des prisonniers politiques…. Récemment plusieurs ont été libérés, que veulent-ils d’autre ? « , juge-t-il.

« Nous n’avons pas des provisions. Nous sommes habitués à sortir chaque jour pour subvenir aux besoins de nos familles. S’ils décrètent la journée ville morte, ils doivent venir nous laisser manger pour que nous restions dans nos maisons », estime une vendeuse de pain postée au rondpoint Ngaba. A quelques mètres d’elle, Henriette Otema, une autre commerçante se dit prête à « avoir faim un jour pour ne pas continuer à souffrir tous les jours ».

Nous sommes nombreux à ne plus croire aux politiciens 

Comme eux, les Congolais mais surtout les Kinois, sont nombreux à ne plus faire confiance aux discours des politiciens. Nous vivons au taux du jour et  avec la situation économique que connait le pays actuellement, je pense que décréter une journée ville morte n’a pas de sens. Les politiciens doivent laisser le peuple jouir de leur souveraineté et prendre les décisions qu’ils jugent bénéfiques.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. Je pense que la journee ville morte ne siffurait pas pour corriger cet imbecile de kojo ainsi que la majorite au pouvoir,il faut aller plus loin.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.