article comment count is: 5

Après les festivités de mariage, il y a une vie

A Kinshasa, les jeunes sont de plus en plus nombreux à se marier. Malheureusement, ils sont également nombreux à divorcer une ou deux années après le mariage. Certains évoquent la sorcellerie familiale comme cause des divorces. Moi je pense que dans beaucoup de cas, c’est l’impréparation qui est à la base. Malgré tout, lorsque vous dilapidez tous les moyens dans une seule fête des noces, n’oubliez pas que les dépenses conjugales vous attendent toute la vie !

Un mariage ordinaire à Kinshasa peut coûter entre 7000$ et 12.000 $. Les dépenses vont d’une simple lampe pour la dot à une location de salle qui peut coûter jusqu’à 5000 $. Ce que beaucoup de Kinois oublient, ce qu’après la célébration du mariage, il y a une longue vie conjugale à affronter, et qui nécessite des moyens. Les fêtes des noces ne sont que le début de cette vie.

Alors que je préparais mon mariage en 2018, ma mère ne cessait de me répéter qu’« après la cérémonie de mariage, une forte crise financière frappe les mariés. Fais attention à tes dépenses, fiston ! » Heureusement pour moi, il y avait cette douce voix féminine, celle de ma fiancée, qui me rappelait les bases d’un mariage réussi. Beaucoup n’en tiennent pas compte. On s’engage vite dans des dépenses extravagantes pour faire forte impression aux invités et aux proches. Le lendemain, on se retrouve mains vides et on se met  à demander un peu d’argent par-ci, de farine par-là, etc.

Chaque mariage ses dépenses

A Kinshasa, les pauvres jeunes prétendants au mariage sont parfois obligés de réunir l’argent et les biens de la dot qui envoisinent 4000 à 6000 $. À cela s’ajoutent les vêtements pour la cérémonie et la nourriture des invités. En dehors de la dot, les mêmes dépenses reviennent lors de la célébration du mariage civil et religieux. Sans compter la location des lieux de fête, les frais à payer à l’officier de l’Etat civil, la décoration de la salle, le service traiteur, et j’en passe. On y investit tous ses moyens au point d’oublier qu’après les fêtes, on se retrouvera seul devant la dure réalité de la vie conjugale.

A ce moment-là, certains sortent des phrases du genre : « Soki olie otondi te, ko meka mozindo te », entendez : le mariage n’est pas facile, avant de s’y lancer, il faut s’assurer qu’on est capable.

Pourquoi ne pas faire simple ?

Le revenu mensuel brut du Congolais étant inférieur à 50$, à mon avis, on ne devrait pas se permettre de faire tant de dépenses pour ensuite se retrouver à mendier. Pire, certains finissent par divorcer simplement parce qu’ils ne savent plus subvenir aux besoins du foyer. Voilà pourquoi un couple intelligent devrait carrément supprimer les dépenses de prestige lors des fêtes de mariage. Cela permet d’économiser un peu d’argent.

Je parle par exemple de la dot. Les filles ne sont pas des objets à mettre en vente aux enchères et à donner aux plus offrants. Si après la fête de mariage, la fille demeure toujours l’enfant de ses parents, pourquoi donc fixer la dot à des milliers de dollars ? Je pense qu’à défaut d’une somme symbolique à remettre aux parents, on pourrait carrément supprimer la dot. Ainsi, cette somme d’argent qu’on donne pour la dot pourrait servir comme fonds de réserve aux nouveaux mariés.

Aussi, pourquoi fait-on trois ou quatre cérémonies de mariage ? C’est toujours la coutume ça aussi ? À mon avis, on peut tout faire en un jour et au même endroit, un point c’est tout. C’est aussi une solution pour économiser et penser à l’avenir. Le mariage n’est pas un effet de mode, et on ne se marie pas pour défier qui que ce soit. Entre nous, au lieu de demander l’argent aux jeunes qui veulent se marier, les familles ne feraient-elles pas mieux de se cotiser pour les aider à démarrer leur vie de couple ?

Pendant que vous y réfléchissez, je vous laisse suivre cette chanson de l’artiste congolais Reddy Amisi intitulée « Libala » (le mariage). Il y a quelques conseils pour ceux qui veulent s’y lancer.  

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (5)

  1. Excellent post! Le but devrait être de faire une fête pour célébrer le cap de 5 ans de mariage solide plutôt que se ruiner dans une cérémonie qui mène à de pénibles lendemains. Que la mariée apprécie un mari responsable plutôt qu’un prince charmant qui se transformera en mendiant

  2. Joli sujet interpellateur et permettant de se rendre compte des vraies responsabilités qui incombent une fois que l’on est marié…

  3. la cotisation pas mal bonne idée cependant il faut que les deux conjoints soient intelligent hein… les jeunes d’aujourd’hui aiment le prestige

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.