article comment count is: 0

A Lubumbashi, la ceinture de sécurité en option sur les routes

Attacher la ceinture de sécurité reste un fait rare sur les routes de Lubumbashi, même quand on sait que la police l’exige pour la sécurité des chauffeurs et des personnes à bord. C’est presqu’incroyable dans la culture congolaise qu’on exige la ceinture de sécurité dans le transport en commun.

Des milliers, voire plus d’un million de Lushois, habitants de Lubumbashi comme moi, prennent tous les jours les transports en commun pour se déplacer. Les conducteurs de véhicules de transport appartenant à des privés se croient parfois tout permis dans une ville où l’Etat n’a pas ses propres moyens de transport public. Pourtant, la loi est claire à propos de la sécurité des passagers. Elle exige le port de la ceinture de sécurité. Rien à discuter : c’est pour la sécurité de tous à bord !

Facultatif, le port de la ceinture ?

Les conducteurs et leurs passagers  commentent cette mesure à leur manière. « Le port de la ceinture de sécurité à l’avant comme à l’arrière d’un véhicule » est jugé « facultatif, cette obligation étant faite aux conducteurs seuls », explique un chauffeur de taxi. La police semble le tolérer, en effet. Les contrôles se focalisent davantage sur les chauffeurs. La raison semble qu’il est « difficile d’exiger d’un client qui descend à 300 voire 500 mètres de son point de départ, de porter sa ceinture de sécurité », explique un autre taximan. Pourtant, personne ne sait jamais prédire que sur cette courte distance aucun danger ne peut survenir. Mais qu’on se le dise : c’est une question de respect des principes. On doit porter la ceinture de sécurité quelle que soit la distance. C’est cela le respect de la législation routière. D’autant plus qu’en cas d’accident, le code de la route sera opposé au conducteur. Car c’est à lui de rappeler à ses clients l’obligation légale et le bien-fondé de ces instructions parfois ennuyeuses, mais toujours nécessaires.

Danger public : les bus scolaires sans un minimum de précautions

Curieusement, la négligence continue jusque dans les bus scolaires. Ils sont souvent trop pleins. Le port de la ceinture n’y est pas de rigueur, comme cela existe par exemple, pour les véhicules onusiens ou de sociétés minières internationales bien réputées en respect de mesures de sécurité.

Je me rappelle un matin, un bus scolaire provenant d’un quartier périphérique s’arrête aux feux rouges. Le conducteur ouvre la portière du milieu. Les élèves montent un à un et s’installent sur les sièges. J’en profite pour y jeter un coup d’œil : seuls quelques-uns ont le temps de mettre la ceinture de sécurité. Les autres non. Je me suis demandé si jamais à l’école il arrive que des notions de prévention routière et de prudence sur les routes soient données. Car chaque année, la police de circulation rapporte de nombreux cas d’accidents aggravés par la négligence de cette mesure.

 


Vous pouvez lire aussi :

Partagez-nous votre opinion