Transco : le prix du transport en commun pourrait être revu à la hausse

À Kinshasa, l’éventualité d’une hausse du prix du transport en commun par la société Transco inquiète la population. La rumeur courait déjà dans la capitale et sur les réseaux sociaux que le prix de la course est passé de 500 à 1500 FC, mais jusqu’à présent plus de peur que de mal.

La société Transco n’a pas encore majoré le tarif du transport en commun, mais elle n’exclue pas de le faire dans les jours à venir. C’est en tout cas ce qu’ a laissé entendre le directeur général de Transco Michel Kirumba Kimuha. Pour l’instant, les spéculations sur ce sujet vont bon train.

En effet, avec la dépréciation continue du franc congolais face au dollar américain, la société Transco arrive difficilement à réaliser ne serait-ce que la moitié de ses recettes habituelles. Et sans les subventions promises par l’État congolais, la société se dirige tout droit vers la faillite. Raison pour laquelle Transco a lancé un cri d’alarme visant à mettre l’État devant ses obligations. Si la subvention n’arrive pas dans les jours qui suivent, la société se verra obligée d’augmenter le prix de la course qui pourrait passer de 500 à 1 500 FC. Ce serait la solution pour éviter la faillite.

Le sujet alimente les conversations

Suite à cette rumeur qui courait dans la capitale, annonçant que le prix du transport est déjà majoré, il nous a fallu vérifier cette information à Kinshasa. Nous sommes montés nous-mêmes dans les bus de Transco sur différentes lignes toute la journée pour nous assurer du vrai tarif du transport. Sur la ligne Petro-Congo-Royal, nous n’avons constaté aucune majoration du prix de la course. La population redoute tout simplement une hausse qu’elle sent imminente, en raison de la dépréciation de la monnaie.

Pour un jeune étudiant rencontré dans un des bus, les difficultés de la Société Transco sont réelles, il faut que l’État la finance, car elle aide beaucoup la population. « Avant l’arrivée de Transco, je prenais plus de trois véhicules de transport pour atteindre l’Université de Kinshasa. Et cela me coûtait plus de 3 000 FC en aller-retour. Lorsque je n’avais pas d’argent, j’allais en cours à pieds. Transco nous aide beaucoup, car nous ne payons que 500 FC pour toute la course. Que l’Etat ne nous laisse pas revenir aux difficultés du passé », plaide le jeune étudiant. Un autre Kinois renchérit : « Peu importe la longueur du trajet, contrairement aux taxis privés, chez Transco le prix est toujours le même : 500 FC. Nous voulons qu’il en soit toujours ainsi. »

La population espère que le gouvernement de Bruno Tshibala prendra bien en compte la demande de subvention de Transco pour le bien de la population.

Les objectifs de Transco pas encore atteints

Au début, l’objectif assigné à Transco était de desservir les quatre coins de Kinshasa pour permettre à chaque Kinois de se déplacer sans difficulté. Hélas, le nombre de bus de cette société est insuffisant pour couvrir toute la capitale. Aujourd’hui, deux ans après son lancement, Transco peine à obtenir de nouveaux véhicules. De plus, ses bus ont souvent été pris pour cibles -parfois incendiés- lors des violences politiques entre police et manifestants.

Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *