article comment count is: 2

Château Rouge, des airs de Kinshasa à Paris

Très réputé dans les milieux congolais, le quartier Château Rouge, situé dans le Nord de Paris, est un passage obligé pour tout véritable « mwana-Kin » (Kinois) de la capitale française.

Un quartier légendaire

Situé à 8000 kilomètres du pays, loin du Congo, Château Rouge a pourtant des airs de Kinshasa. C’est l’image d’un Paris différent où se retrouvent les Congolais de la diaspora.

Ne soyez pas étonnés si une vendeuse de la rue « Dejean », cette rue piétonne prise d’assaut par les vendeurs à la sauvette, vous propose de jeter un œil sur ses safous, et ses mbinzo (chenilles). Installées au milieu de la rue, sur des échoppes éphémères en carton qui peuvent être rapidement remballées si la police pointe le bout de son nez, des femmes proposent aux clientes leurs produits éclaircissants, lesquels sont adulés par les Congolaises de la diaspora : « Caro light yango oyo mama » (voici Caro light maman), vous hurlent-elles à l’oreille en vous attrapant par le bras.

De nombreux magasins exotiques ont élu domicile dans ces ruelles du 18e arrondissement de Paris qui ne désemplissent jamais. Ici, il y a foule tous les jours de la semaine. Les sans-papiers se mêlent aux sans-abris. Les marchands ambulants, toujours sur le qui-vive pour éviter les policiers, tentent de refourguer leur marchandise à des clients pressés. Les restaurants africains servent des plats du pays tandis que les vendeurs de wax et de basins déroulent leurs étoffes sous les yeux des femmes venues faire leurs emplettes dans le quartier. Château Rouge a des allures de petite Afrique en plein cœur du grand Paris. 

Le rendez-vous de tous les bana mayi (fils du pays)

A Château Rouge, on retrouve également les bakolo, les anciens qui se sont installés dans la capitale française il y a plus de 20 ans, et les tenants de la sapologie.

A Paris, le rendez-vous du chic et du glamour a une adresse. Tous les sapeurs se rendent à la boutique « connivences » rue Panama. Son patron « The Bachelor » de son vrai nom Jocelyn Armel, est un coach en sapologie. La SAPE, la « société des ambianceurs et personnes élégantes », désigne un mouvement qui était au départ purement d’ordre vestimentaire mais qui a atteint aujourd’hui une dimension sociale et culturelle incontestable. Le mouvement prend de l’ampleur à partir des années soixante-dix, avec Papa Wemba, figure emblématique de la musique congolaise, qui en devient finalement l’ambassadeur.

Des seigneurs sans papiers

Une  balade dans le 18e arrondissement permet de découvrir le train-train quotidien des seigneurs du quartier Château Rouge. Si pour notre entendement, le château est normalement cette structure fortifiée habitée par la noblesse, Château Rouge pourtant n’en est pas « un ».

A la sortie du métro Barbès ou Château Rouge, c’est une autre ambiance qui vous accueille, une ambiance tropicale qui bouscule la capitale française et ses coutumes. On a l’impression d’être au marché central de Kinshasa.

Mais il ne faut pas se fier aux apparences, car ils sont nombreux dans cette foule a ne pas avoir de papier. Ils longent les rues, cigarette à la main, ils cherchent du feu et se réunissent en bande pour discuter de tout et de rien. Les filles de joie, elles, attendent dans un coin et les habitués les reconnaissent.

Château Rouge, c’est aussi le rendez-vous des dealers, le siège de l’arnaque et de la contrefaçon.

Château Rouge et ses réalités, au-delà des murs, des frontières, une petite Afrique se vit en plein cœur de paris.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (2)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.