article comment count is: 1

La corruption, un fléau qui colle à la peau des Congolais

La RDC figure parmi les 20 pays les plus corrompus au monde, selon l’indice de perception de la corruption 2016 de Transparency international. Le pays occupe la 156e place sur 176 pays évalués, alors que le Rwanda (50e) passe pour la troisième nation la  moins corrompue d’Afrique.

En occupant un tel rang au classement de l’indice de corruption, la RDC souffre de mauvaise réputation au niveau international. Cette mauvaise image accompagne le Congolais partout où il va. Souvent, il est victime d’un regard méprisant hors de son pays. On est vigilant en sa présence, car on soupçonne qu’il est voleur. Il porte une nationalité qui a mauvaise presse.

Curieusement, malgré ses conséquences fâcheuses, la corruption est toujours la règle au Congo. On ne se gêne plus de corrompre ou de se faire corrompre. Même dans un supermarché, le Congolais tente toujours d’obtenir une faveur pour être servi le premier. Avec un tel comportement, quelle valeur morale comptons-nous léguer à la postérité ? Les jeunes et les moins jeunes grandissent dans un environnement gravement pourri.

Facteurs favorisant la corruption

L’extrême pauvreté, les conflits et les guerres que connaît la RDC prédisposent le Congolais à la corruption. Il y a aussi la cupidité, l’analphabétisme et le manque d’éducation. La corruption gangrène aussi la police et la justice. Une justice au service d’un groupe d’individus plutôt que de la communauté. Même en cas de corruption avérée, notre justice enquête rarement et ne sanctionne presque jamais les coupables. Face à cette mauvaise gouvernance, les médias d’État se taisent, étant donné qu’ils sont eux-mêmes corrompus.

Ce qu’il faut faire : tolérance zéro

Pour éradiquer les abus de pouvoir, les pots-de-vin, les combines et les accords secrets, il faut appliquer la tolérance zéro comme l’avait dit le président Joseph Kabila. Malheureusement, cette devise « Tolérance zéro » est restée un simple slogan. Le pays a besoin d’une mobilisation citoyenne plus forte pour débarrasser l’État  de ses responsables corrompus.

Chers compatriotes, ce classement de Transparency international est un opprobre jeté sur nous. Il nous couvre de honte partout où nous allons. Tous ensemble, luttons contre la corruption, chacun à son niveau, car nous en payons tous le prix.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. La corruption selon moi devient un problème mondial et necessite comme vous le soulignez une conciatisation de notre peuple tout en critiquant les statistiques faites, car quels critaires étaient pris en compte? Qu’elles étaient leur motivation? Et si c’était pour se moquer de la Rdc car ce que l’on dit que nous sommes ,c’est ce que nous devenons. Ne croyons pas à tout de manière aveugle.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.