article comment count is: 0

Dire stop à la corruption !

Parmi les maux qui rongent la société congolaise, la fraude et la corruption sont au premier rang ! L’évolution et le parcours d’une personne corrompue sont les mêmes que pour un voleur, un fumeur ou une prostituée. Plus on est ancien et habitué, moins on a honte !

Si la première cigarette on la fume en cachette, au fur et à mesure qu’on s’y adonne, on finit un jour par fumer au grand jour. Le voleur commence par de petites sommes d’argent de la chambre des parents, un jour il va exceller en visant des sommes colossales, même dans des banques ! De même, quand on commence à accepter des pots de vin, au début ce sont juste des petites sommes que l’on reçoit en cachette. Puis, de fil en aiguille, on finit par exiger plus, sans se cacher. C’est comme ça que font certains corrompus en RDC.

Quel chauffeur congolais n’a jamais vu des policiers de roulage tendre la main pour qu’on leur glisse un billet de 500 ou 1000 francs congolais ? Qui, dans un aéroport ou n’importe quel autre établissement de service public en RDC, n’a jamais entendu parler de « madesu ya bana », entendez le « haricot pour les enfants » ? Au Congo, la corruption ne se cache plus ! Cela se passe au grand jour, au vu et au su de tout le monde. Comme si l’expression « dessous de table » serait devenue « dessus de table » en RDC.

Accroc de la corruption

Pour chaque service public, que ce soit pour la demande d’un permis de conduire ou d’un passeport, ou même le paiement des taxes et impôts, il est devenu normal pour un Congolais de préparer quelques billets de banque de plus pour corrompre, en plus des sommes légales exigées. Et quand on l’a fait une première fois, on en devient accroc. Très difficile de décrocher malgré les risques encourus. Tout comme le fumeur qui sait qu’il va au devant d’un cancer des poumons, mais qui fume quand-même. On peut dire « tolérance zéro dans des bureaux », mais qui observe ce principe ?  

Toute chose a une fin. Mais il existe des fins malheureuses. Les corrompus finissent souvent mal. En swahili on dit : « Siku ya mwizi ni arbayini », pour dire que les jours d’un voleur sont comptés et qu’on le voit finir mal. Un homme qui toute sa vie n’a fait que récolter de gros montants de corruption, tombe souvent le jour où il prend une modique somme d’une mauvaise personne. « Souvent ils tombent pour avoir exigé une simple bière comme corruption », disait un agent de l’Office de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption (OBLC).

Chers corrupteurs et corrompus qui me lisez, faites comme le fumeur qui décide d’arrêter ! Prenez une ferme décision. Si un fumeur peut arrêter, vous le pouvez aussi.

 


Vous pouvez relire sur Habari RDC : La corruption, un fléau qui colle à la peau des Congolais      

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.