article comment count is: 1

Dangereuse route de Kasenga dans le Haut-Katanga

Dans la province du Haut-Katanga, la route Kasenga se dégrade de plus en plus. Elle est pourtant importante, puisqu’elle conduit à la frontière avec la Zambie, aux abords de la rivière Luapula dans le sud-est de la RDC. Le pire est à craindre à partir de Kasomeno, à mi-chemin. Sur environ 220 Km en partant de Lubumbashi, 70 Km de cette route n’est pas asphaltée et est en mauvais état.

Plusieurs véhicules bloqués avec marchandises et voyageurs sur la route de Kasenga

« Rendez-vous », c’est le nom redouté de l’axe routier délabré où le sort de chaque automobile est presque de s’embourber longtemps, à 70 Km de Kasenga. Franchir Kasomeno d’un bout à l’autre est un véritable calvaire.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Au « rendez-vous » comme on désigne cette partie la plus dégradée de la routepartie la plus dégradée de la route  Lubumbashi-Kasenga, ce lieu a vu naître tout un marché de fortune.

Des jeunes gens apportent un secours à ce bus embourbé pour recevoir de l’argent en contrepartie

En effet, L’impraticabilité de la voirie est devenue une bonne aubaine pour les villageois. Dans ce milieu rural où le seul travail qui paie c’est l’agriculture, c’est-à-dire semer et attendre longtemps pour récolter, venir au secours  des automobiles coincés dans le bourbier, fait la joie des paysans. Femmes et enfants en profitent pour vendre des aliments aux voyageurs.

Route Kasenga, difficile passage même pour les piétons qui empruntent une passerelle de fortune

Même les conducteurs des motos se frottent les mains. Ils proposent de conduire de Kasomeno à Kasenga les passagers handicapés par le retard pris par leurs véhicules qui sont le plus souvent des camions surchargés de marchandises payées à Lubumbashi où à cette destination.

Des riverains de la rivière Luapula. Ici se trouve le port facilitant le commerce transfrontalier entre la RDC et la Zambie à partir de Kasenga

Les hôtels de fortune se sont aussi improvisés pour ceux qui décident d’attendre. Il fallait, malheureusement que cette route de Kasenga se détruise à ce point, pour que ces compatriotes en profitent en proposant leur petit commerce, explique Mofya, un jeune sans emploi.

Mofya, jeune sans emploi qui trouve son gagne-pain grâce en aidant les véhicules embourbés

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. oooh!!comme notre pays a besoin des gens de bonne foi pour le diriger si non rien ne changera. cette route depuis plusieures années rien a changé