article comment count is: 0

Faites-nous aimer la RTNC !

« L’association des ressortissants de… félicite le président Félix Tshisekedi pour son élection à la présidence de la République… » Ces messages de félicitation inondent la Radio télévision nationale congolaise (RTNC) au point de bourrer tout le journal. Qui suivrait un journal qui n’est fait que des hommages au chef de l’État ? Trop d’éloges à l’égard des autorités tuent la beauté du journalisme. Et cela me dérange.

Je me souviens que pendant le mandat de l’ancien président Joseph Kabila, l’émission Congo histoire, qui dure plus que toutes les émissions de la RTNC, passait des heures à critiquer et humilier les adversaires politiques du régime au pouvoir. L’animateur de cette émission – Lushima Ndjaté – a déjà écopé de plusieurs sanctions du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC). Ce n’est pas tout. Lors de la campagne électorale du mois de décembre dernier, les caméras de notre chaine publique nationale n’avaient d’yeux que sur Shadary, candidat du FCC, regroupement politique de Joseph Kabila.

Cette déification du pouvoir à la télévision nationale a existé depuis l’époque de Mobutu. Si vous avez vécu à cette époque, vous vous souviendrez  de cette image où l’on voyait Mobutu sortir des nuages, toque en peau de léopard sur la tête, donnant l’impression d’un être surnaturel venant du ciel avant chaque édition du journal de l’OZRT (Office zaïrois de radiotélévision, appellation de la RTNC à l’époque de Mobutu. NDLR).

Aujourd’hui, comme Seth Kikuni, je suis tenté de dire que le problème de la RTNC ne serait peut-être pas matériel, mais plutôt lié à son personnel  qui ne s’adapte pas à l’évolution de la profession et des temps. J’ai voulu vérifier cela et je constate que c’est la vérité.

Rencontre avec la DG de la RTNC

Souffrez ici que je vous raconte une visite que j’ai effectuée l’année dernière à la RTNC. En fait, nous étions à deux et nous voulions rencontrer le responsable de ce média pour lui proposer une solution innovante et optimiser la présence de la RTNC en ligne en tant que média de référence. Proposition de projet écrit, concept note élaboré, vestes apprêtées, tout est fait pour soigner notre présentation.

Devant l’entrée militarisée de la concession de la RTNC, nous attend un proche qui nous a promis de nous introduire auprès de la DG en personne. Après quelques formalités de sécurité, nous voici à l’intérieur du grand et vieil immeuble de ce média public surnommé « la voix du peuple ». Nous montons à quelques étages supérieurs à pied pour rencontrer la première autorité de la structure. « Notre ascenseur ne marche pas ces derniers temps … », s’excuse notre accompagnateur.

Arrivés à l’étage où se trouve le bureau de la directrice générale, on nous installe dans une antichambre où nous trouvons plein d’autres gens qui ont eux aussi pris rendez-vous avec la DG de la RTNC. Des membres d’associations de soutien à madame la DG, des demandeurs de dons, des artistes venus lui présenter des tableaux à son effigie…. Tous nous sommes entassés dans ce petit bureau de près de cinq mètres carrés.  L’entrée dans le bureau de madame la DG ne dépend pas de l’ordre d’arrivée, mais du degré de relations que vous avez avec sa chargée du protocole… Après trois longues heures d’attente, ma patience a atteint ses limites… Fâché, je décide d’aller parler à la chargée du protocole : « Madame…. ». Je n’ai même pas encore fini mon propos qu’ elle s’en prend à moi : « Bozalaka pe mutema yako kita ko ! C’est votre tour bo kota, bo kota. » (Essayez d’être patients quand-même ! Ok, c’est votre tour. Entrez maintenant).

C’est ainsi que nous avons pu rencontrer la DG de la RTNC. Enthousiaste sur le sujet de notre discussion, elle nous propose même d’organiser une formation sur les Nouvelles technologies de l’information et de la communication conjointement avec leur département des TIC. « Vous avez mon accord… Nous avons des initiatives qui vont dans ce sens-là, on manque juste un peu de sang neuf pour accompagner tout ça. Vous avez tout mon soutien… », nous dit la DG.

C’est donc tout souriants que nous nous dirigions vers la direction des services TIC pour rencontrer le responsable sur recommandation de la DG afin de voir avec lui comment organiser la suite.

Conflit de générations

L’intéressé, un vieux de près de 50 ans, est absent de son bureau aux heures de service ! Nous le rencontrons dans une terrasse d’en face, assis en prenant sa bière fraiche, et écoutant la rumba congolaise. Explications après explications – je vous épargne les détails – il finit par « comprendre » notre proposition, dit-il en hochant sa tête.  « Vous savez, nous avons déjà la bande passante que vous voyez sur vos petits écrans… C’est déjà une avancée technologique. Tout ce que vous proposez là aussi est en conception. Le site, les formations, les comptes sociaux… on connait tout ça… », ajoute-t-il confiant.

Il poursuit : « J’ai suivi beaucoup de formations et j’ai plus de 15 ans d’expérience dans le métier. Malheureusement, les jeunes qui finissent l’université aujourd’hui pensent savoir plus que les vieux qui ont duré longtemps dans ce métier…. » L’homme avale une gorgée de sa bière, dépose le verre sur la table et casse une gousse d’arachide. Puis, il nous regarde et commence à nous prodiguer des conseils en paraboles, comme s’il se sentait menacé. Il finit son propos par cette question : « Pensez-vous connaitre ce métier mieux que nous ? » Dans ma tête, ce que je craignais finit par se confirmer : le conflit de générations.

Ce ne sont pas les matériels qui manquent à notre chère RTNC. Aucun média congolais n’est mieux outillé qu’elle, tant en infrastructure qu’en équipements techniques. Cependant, tant que ceux qui y travaillent n’auront pour objectifs que la conservation de leurs postes, l’innovation n’aura pas de place et le conflit de générations sera toujours de mise. Alors, s’il vous plaît, faites-nous aimer la RTNC !

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.