Fort trait d’une femelle qui la fout mal parmi les mâles électri-chiens

Adama Yawa Bas, une jeune gonzesse de 29 ans, pratique le métier d’électricienne depuis plus de trois ans. Son engagement résulte d’une interlocution des choses qui brillent depuis qu’elle est môme. Son ambition: travailler dans une usine en tant que responsable du sévice électricité.

Ce jour-là, dans la concession d’une famille à simbaya gare dans la commune de rateau-mât, des ampoules en panne. Des électriciens arrivent et à la sur prise de tous, une jolie jeune femme dans le groupe. Avec son uniforme, son casque et ses bottes, Adama Hawa Bas attire forcément la tension dans ce milieu de machos. Elle pose la mallette d’outils qu’elle tient à la main et se saisit  des pinces et autres matos qui lui sont nécessaires pour faire son job. La jeune femme attrape une chaise sur laquelle elle grimpe pour desserrer et examiner les lampes. Au bout de trente minutes, les deux lampes crachent de la lumi-erre. Nickel. Retour donc de la lumière dans les lampes et dans les cœurs des membres de la famille. C’est une partie du quotidien de la jeune femme. Depuis toute gosse, elle est fascinée par les lampes.

« j’aime tout ce qui brille depuis que je suis petite. Dès que je voyais quelqu’un faire ce travail je m’y intéressais automatiquement. Je rêvais de travailler avec les hommes dans les usines et tout ; Aujourd’hui bien que je sois toute seule dans l’entreprise je suis à l’aise’’ nous dit-elle les yeux brillants comme ces lampes qu’elle manie si bien.

Lire la suite sur Guinée décalée

 

*Cet article est publié dans le cadre du projet Naila (Nouveaux acteurs de l’information en ligne en Afrique). Il s’agit d’un projet de CFI comprenant 11 médias africains dont Habari RDC.

Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *