article comment count is: 1

Joseph Kabila glisse encore

C’est un nouveau glissement qui vient de s’opérer. La Céni vient d’annoncer le report des élections au 30 décembre. Rien n’est désormais nouveau sous le soleil congolais, sous l’impulsion de son Excellence monsieurle Président Joseph Kabila.

Comme en 2016 et en 2017, notre leader éclairé ne refuse pas les élections. Toujours volontariste, il a fait ce qu’il pouvait. Mais voilà que la Céni, la centrale électorale congolaise, n’a pas pu. Et ce, malgré tous les moyens mis en œuvre, comme il fallait, pour avoir des élections a dit Joseph Kabila un jour, « authentiquement congolaises. » C’est une question de souveraineté nationale, en effet. 

Comprenez bien notre leader

Les Congolais doivent donc comprendre ce qui se passe. Le chef de l’Etat n’y est pour rien, comme toujours. Ici c’est la Céni quivient de connaître du retard, et ce n’est pas non plus de sa faute. Tout le monde a vu brûler 8 000 machines à voter. Ce n’est pas une excuse, c’est un fait, un accident, et on n’y peut rien. Qui sait si c’est la volonté de Dieu? Qui sait! 

Encore qu’il y a l’épidémie d’Ebola qui risque de ne pas permettre à nos compatriotes de la zone en crise de voter. On ne peut quand même pas les exclure.

Cela arrive aussi. Qu’à deux jours des élections, la Céni qui organise les meilleures élections de l’histoire de notre pays ne soit pas en possession des procès-verbaux des élections sans quoi il n’y a pas d’élections. Cela arrive, cher compatriote!

De la démocratie congolaise déjà confortée

Le plus important, c’est que la Céni vient de reprogrammer la date des élections, la 3e depuis l’expiration du dernier mandat constitutionnel de notre « Père de la démocratie congolaise » : j’ai cité, Son Excellence Joseph Kabila. « Il a dit, il a fait ! »

Les élections auront lieu, oui elles auront lieu. C’est le vœu du chef de l’Etat. Mais il les veut les meilleures de notre histoire, vous les voulez aussi les meilleures. Cette fois-ci, rassurez-vous, le processus est irréversible. Nous aurons les élections, probablement avec deux campagnes électorales, pas la peine de chercher de nouveaux financements. 

Ce n’est pas déjà suffisant, la première? Il suffira de dire à ses électeurs, c’est moi. C’est moi qui vous ai donné… C’est moi qui vous ai promis les meilleures élections de notrehistoire. Je suis là toujours avec vous, jusqu’à la fin des élections. Je n’ai pas glissé. Il n’y a pas de glissement.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.