article comment count is: 1

Webocratie : Kabila, de moins en moins populaire sur Internet.

S’il continue tout de même à faire des apparitions sur la scène politique et à susciter des débats, joseph Kabila perd de plus en plus de sa popularité sur la toile. Les internautes semblent avoir tourné la page de de celui qui a dirigé la RDC pendant 17 ans. C’est en tout cas ce que nous révèle l’application Google trends dont nous vous présentons les résultats.

Au début de l’année, sans nul doute, Kabila était sur toutes les bouches, ou plutôt sur tous les clics. Il était alors l’homme le plus populaire sur Internet, comparativement à Tshisekedi et Fayulu devenus aujourd’hui les deux personnalités les plus influentes sur la scène politique. Pourtant, il y a 6 mois, la popularité de Kabila était 45 fois supérieure à celle de Martin Fayulu. Aujourd’hui, tout juste 2 mois après son départ du pouvoir, les internautes lui ont tourné le dos.

Cette popularité de Kabila a commencé à dégringoler à partir du 12 novembre 2018. Souvenez-vous, c’est à cette date qu’il y a eu un tournant majeur dans le jeu politique congolais. Plusieurs opposants réunis à Genève s’étaient mis d’accord sur un candidat unique devant les représenter à la présidentielle du 30 décembre. Et c’était Martin Fayulu. Mais après avoir signé cet accord, Félix Tshisekedi n’a pas tardé à retirer sa signature sous prétexte qu’il l’a fait sur décision de sa « base ». Et sans doute cela qui a valu à ces deux personnalités (Fayulu et Tshisekedi) cette hausse de cote de popularité sur la toile.

Chef de l’Etat, 2e vice-président de l’Union africaine… les surprises agréables qu’a connues Félix Tshisekedi l’ont placé en première position des recherches des internautes. Ce qui est tout à fait normal. Il s’agit quand même du tout nouveau président de la République !

Revenons à Joseph Kabila. Malgré le fait que cet ex-président essaie de garder la tête hors de l’eau, il se retrouve petit à petit en bas du classement des recherches sur Internet. Par exemple, sur une échelle de 100, les recherches des internautes sur Kabila ne représentent que 12% aujourd’hui. Alors que Fayulu et Felix sont au coude-à-coude autour de 25%.

Et pourtant, tout juste après la passation pacifique de pouvoir, plusieurs internautes exprimaient leur admiration pour le chef de l’Etat sortant. Pour le ministre de l’Intérieur Henry Mova Sakanyi par exemple, aucune génération congolaise n’avait vécu ce que la RDC a vécu le 24 janvier 2019.  

Aujourd’hui, pour plusieurs internautes, Kabila devrait diminuer ses sorties médiatiques, afin de permettre à la nouvelle classe politique de faire son chemin. Moi aussi je pense qu’il pourrait par exemple aller passer de belles vacances au soleil des îles du Panama ! Plutôt que de continuer à jouer un rôle prépondérant dans la politique du pays. Ces réunions à Kingakati, signatures d’allégeance, rencontres médiatisées avec le nouveau président….  C’est tout cela qui inquiète @Djonga dans son tweet.

Ce débat s’explique aussi par ce tweet relayant un article du journal La libre au titre un peu trop affirmatif qui dit : « Le Congo reste gouverné depuis Kingakati. »

Quoiqu’en perte de vitesse sur Internet, Kabila fait toujours parler de lui. Il reste l’homme fort de la plateforme FCC qu’il vient de transformer en « plateforme de gouvernement ». Comme l’a dit Sindika Dokolo, Kabila n’est pas parti à la retraite. On devrait donc s’attendre à voir l’ombre de l’ancien président planer encore longtemps sur la scène politique congolaise.

Vous pouvez lire aussi : La main de Kabila derrière la victoire de Tshisekedi?

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.