article comment count is: 6

Kabila revient en force, adieu l’accord de la Cenco

Qui a dit que l’accord du 31 décembre allait faire quelque chose à Kabila ? Détrompez-vous, rien n’a changé. Il y avait le Raïs, il y a le Raïs et il y aura encore le Raïs. Vos « villes mortes » ne lui feront rien.

En allant aux négociations de la Cenco, l’opposition avait sous-estimé l’adversaire. Elle a cru qu’un simple accord signé dans la précipitation le 31 décembre pouvait renverser Kabila. Le Raïs reste Raïs, même s’il n’y a pas d’élections.

Imaginez quelqu’un qui a passé 15 ans sans respecter la Constitution votée par tout un peuple au référendum. Et vous lui demandez de respecter un accord ? Kabila a passé tout son temps à dribbler les évêques, si bien que même le pape François a refusé de venir au Congo, craignant peut-être d’être dribblé à son tour.

Kabila seul maître du terrain

Désormais, rien ne peut plus arrêter le chef de l’État. Après l’accord, c’est maintenant lui qui décide. On n’a pas de Premier ministre issu du Rassemblement pour le contrecarrer ; pas non plus de président du Conseil de suivi de l’accord. La majorité a les mains libres pour diriger comme avant le 19 décembre. D’ailleurs, à moins que l’accord soit appliqué, il n’y a aucune contrainte pour le gouvernement d’organiser les élections cette année. Rien n’empêche le président de changer la Constitution ou de se représenter une troisième fois à la présidentielle.

Avec tout ça, l’échec de la démocratie n’est plus à démontrer : pas d’alternance, pas d’élections… Un État en déliquescence. Une Constitution mise entre parenthèses. À cela il faut ajouter que toutes les institutions politiques à mandats électifs sont hors mandat depuis plusieurs mois et continuent à fonctionner sans aucune légitimité.

Seul le peuple peut se prendre en charge

En mettant systématiquement des bâtons dans les roues de l’accord de la Cenco, Kabila et sa majorité ont certes réussi leur coup, mais en même temps, ils ont pris de gros risques dont nul ne peut prévoir les conséquences. La population sait aujourd’hui d’où vient le blocage.

Le blocage vient de celui qui exige trois noms pour nommer un Premier ministre, alors que l’accord n’en demande qu’un seul. Le blocage vient aussi de celui qui ignore que le président du Conseil des sages du Rassemblement est ipso facto président du Comité de suivi de la transition.

Dans un pays où ni la Constitution, ni les accords, ni les lois de la République ne sont respectés, il ne reste que la rue pour trancher. C’est une bonne chose que l’opposition ait prévu une série de manifestations de résistance au régime. Un esclave qui ne se bat pas pour quitter sa condition ne mérite pas qu’on s’apitoie sur son sort, dit-on.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (6)

  1. Kabila bahache bisemasema,sisi WA kongomani hatuya kuchoka.kama peuple inakuchoka? pale njo tunaanguka lakini ginsi peuple ingali nyuma yako? Utabakia tu Raïs.

  2. Bonjour, Je Suis pasteur de l’église de sanctification mito yabaraka bukavu, je pense que si Dieu ne protege le pays ceux qui le protègent faisaient un travail nul, nous devons respecter la constitution et travailler pour l’intérêt du peuple et pour le peuple, non plus pour l’interet individuel, Dieu qui donne le pouvoir et qui arache le pour comme il a vait partagé en 3 parti le pouvoir du roi nebugandeneza, et ce comçant qu’il faira pour la RDC.

  3. salut! je sais que ce difficile de quitté le pouvoir en afrique noir, et je ne demande même pas a kabila de quitté car ce ne pas ça le problème pour l’instant, mais d’appliqué la bonne gouvernance.
    1: denons du valeur a notre monais ( Fc)
    2: de ne plus recourire a des organisations internationnals pour les emprintes d’argent, car cela fait appel a l’exploitation des congolais par les etrangés
    3: recourons nous a l’agriculture (appelé service public pas L.D. KABILA)
    4: surtout, travaillons tous pour l’amour du congo.
    N.B: tantque nous les congolais, nous aurions jamai ce que nous cherchons, Kabila regrétéra d’avoir non plus respecté la constitution.

  4. Population Congolaise, ne vous inquiètes avec la polique, car elle est toujour mauvaise. Je vous demande de bien vouloir d’abord vivre l’amour. Le president Joseph kabila, lui aussi n’est pas Dieu . Pensez-vous Dieu nous à oublié ?

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.