article comment count is: 0

Chers Kinois, Kinshasa appartient à tous les Congolais

Je m’insurge contre certains habitants de Kinshasa qui pensent que la capitale leur appartient exclusivement, et que ceux qui viennent des provinces ne sont que des parvenus. Cette kinoiserie a fait que tous ceux qui viennent des provinces soient qualifiés de mbokatiés (villageois). Et ils sont traités comme tels.

Certains de nos frères et sœurs à Kinshasa  pensent qu’ils sont plus Kinois et plus Congolais que d’autres. J’ai souvent vu des vidéos tournées par des tribalistes qui disent en lingala : «  Biso tobotama na Kin. Kin eza ya biso. Bino boye koya. Bozonga na village. » Traduction : « C’est nous qui sommes nés à Kinshasa. Kinshasa nous appartient. Vous autres vous n’êtes que des venants. Rentrez au village. » Et celui qui dit cela est lui-même venu d’un village quelconque loin de Kinshasa.

Je me moque de ce genre de propos à relent tribaliste et xénophobe. Car, excepté les Ba Teke les Ba Humbu et les Ba Mfununga considérés comme les premiers occupants de Kinshasa, tout le monde est venant dans la capitale. En plus, chaque Kinois moderne a sa province d’origine. Personne n’a le droit de s’approprier Kinshasa. La capitale appartient à tous.

Tu parles le lingala d’accord, mais qu’elle est ta langue d’origine ?

La capitale d’un pays est toujours représentative de toutes les provinces du pays. Le lingala est la langue parlée à Kinshasa, mais chacun à la langue de sa province d’origine. Problème : à Kinshasa, certains ont honte de parler la langue de leurs tribus en public. Ils la trouvent moins civilisée par rapport au lingala. Un complexe qui ne se justifie pas alors que notre pays compte près de 250 langues et environ 450 tribus.

J’exhorte mes frères kinois à revenir sur terre et à être tolérants. Que l’on vive à Kinshasa ou en province, cela ne fait aucune différence. Nous sommes tous Congolais.

 

 

 

 

« Cet article est écrit avec l’appui technique d’Internews, grâce au financement de la coopération suédoise, l’USAID et la coopération suisse.  Les opinions partagées dans cet article ne reflètent pas nécessairement les vues de l’Agence Suédoise de Développement International (ASDI), de l’USAID, la coopération suisse, ainsi que des gouvernements suédois, des États-Unis et suisse. »

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion