article comment count is: 1

Lettre ouverte aux habitants de Kwango : cette fois-ci votons utile !

En vue des élections qui approchent, Aimé Kazika, blogueur et ressortissant de la province du Kwango, interpelle ses frères et sœurs et les exhorte à faire un choix judicieux. S’inspirant des mauvais résultats des élections précédentes, notre bloggeur parle à cœur ouvert à ses frères du Kwango.

Chers Kwangolais, maintenant que la Céni vient de lancer le train des élections, plus question de discours farfelus, discriminatoires, injurieux ou séparatistes. Chacun de nous est libre de faire le choix qui lui convient, mais faisons-le en tenant compte des expériences du passé. Cette fois-ci, ne votons pas par intimidations, ni sous influence de la démagogie ; encore moins pour quelques t-shirts ou un peu d’argent que pourraient nous offrir les candidats.

Souvenez-vous de Popokabaka, l’un des cas le plus éloquent. Avant, pendant et après les élections de 2011, les stigmates de la division et de la haine sont encore présents dans la mémoire collective. Notre province a besoin de nous tous, et personne n’en a le monopole. Chacun de nous doit apporter sa pierre à l’édifice d’une manière ou d’une autre, de loin ou de près.

Faire un choix réfléchi

Ceux qui ont été élus depuis bientôt 13 ans (pour ceux qui ont fait deux mandats) ont-ils contribué à l’essor de nos territoires ? Loin de là. L’histoire reste têtue, dit-on. Il nous est arrivé d’observer des députés avec le plus long mandat de l’histoire (de 2006 à 2018) soit 12 ans, qui ne sont jamais rentrés pour rendre compte de leur travail à leur base. Ils se contentent de « la belle vie de Kinshasa ». Preuve que le choix porté sur eux en 2006 et 2011 n’était pas judicieux.

Cette fois-ci, nous devons être plus prudents que jamais. Même le candidat le moins nanti peut surprendre. Un vote vaut 5 ans de pouvoir. Mal voter veut dire nous ajouter encore au moins 5 autres années de souffrance. Ne tombons plus jamais dans les pièges des politiciens malveillants. Soyons plus clairvoyants qu’avant. Évaluons les discours de chacun et passons-les au crible. N’oubliez pas que le Kwango est riche mais ce sont ses fils qui sont pauvres ou qui le rendent pauvre.

Comme on dit, chez nous : « Nzilambi ngiendandi yimosi. »

 


Vous pouvez lire aussi : « Et autres choses » : la chanson anti fausses promesses électorales au Nord-Kivu

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. C’est bien dit. Si tout le monde peut se réveiller, 5 ans c’est trop pour que le profond Kwango soit désenclavé

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.