article comment count is: 0

Pasteurs et autorités polygames, vive la violation de la loi !

Nul n’a oublié le scandale d’un vice-ministre de la République qui avait défrayé la chronique en se mariant officiellement à trois femmes. Récemment un pasteur venait de se marier à quatre femmes dans son église. Peu avant, un autre pasteur s’était fait remarquer en se faisant le défenseur de la polygamie dans son église à Lubumbashi. Si donc la polygamie est ainsi ouvertement pratiquée en RDC, à quoi sert la loi qui l’interdit ?

Le triplé instantané du vice-ministre du Plan Jean-Pierre, Zekpele Mondombe, était extraordinaire car ses trois épouses étaient âgées respectivement de 50, 21 et 19 ans ! Un « exploit » qui a suscité de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux. D’aucuns avaient même loué le courage du vice-ministre ! Moi, par contre, je dirais qu’il a eu surtout le courage de faire au grand jour ce que ses collègues ont toujours fait en cachette depuis l’époque de feu le maréchal Mobutu. La polygamie se répand de plus en plus parmi les hauts dignitaires de mon pays, alors qu’elle n’est pas reconnue par la loi. N’y a-t-il pas là un paradoxe, une forme d’hypocrisie ?

Les membres du gouvernement devraient en principe être eux-mêmes respectueux de la loi qui ne reconnaît que la monogamie dans notre pays. Or, le vice-ministre polygame n’a été blâmé par aucun de ses pairs, du moins officiellement. En le laissant se marier à plusieurs femmes, n’est-ce pas une reconnaissance tacite de la polygamie par l’Etat ? J’insiste : le code de la famille en RDC n’autorise que le mariage monogamique.

Et j’ose imaginer que la fête de ce mariage du vice-ministre (la soirée comme on dit) ne pouvait qu’être rehaussée de la présence d’autres membres du gouvernement et de plusieurs officiels. Comme j’aimerais connaître le nom du bureau communal où a été célébré le mariage illégal du siècle ! J’aimerais également savoir en quels termes l’officier ayant présidé la cérémonie a prononcé les sacro-saintes formules habituelles !

Certainement qu’il l’a fait. Sinon, ce serait dire qu’un ministre s’est marié sans passer par l’État civil. Ce n’est pas respecter la loi, vous le savez ! Notre beau pays a la réputation d’être le pays où sont produites les plus belles lois que s’empressent de fouler aux pieds ceux-là mêmes qui les ont promulguées.

Alors, faut-il continuer à inonder le pays de textes qu’on appelle lois dans ces conditions ? Chez-nous, on dit ce qu’on ne fait pas. On se contente des effets d’annonce. Ça doit changer.

 

Partagez-nous votre opinion

Cookie Policy

Nous utilisons des cookies analytiques / de performance pour améliorer votre expérience utilisateur sur notre site. En savoir plus.

Non