Des sacs de farine produite en RDC
article comment count is: 0

Le patriotisme économique ghanéen, un exemple pour la RDC

J’ai lu avec intérêt un article de Habari RDC sur le patriotisme économique congolais qui tarde à se concrétiser. Cela est vrai à plusieurs points de vues. Je vous partage ici mon expérience vécue au Ghana. L’essentiel, à mon avis, n’est pas de répéter comme l’ancien ministre de l’Industrie Germain Kambinga : « Consommer congolais. » Il est important de poser des actes concrets.

Au Ghana, au cours d’une visite récente, j’ai vu l’importance d’investir dans le temps pour développer de bonnes habitudes. On a besoin, en effet, de convaincre les consommateurs qu’ils ont à perdre en se tournant vers des produits étrangers, par exemple.

Les Ghanéens m’ont paru plus conscients de leur responsabilité quant à la valorisation des produits et services locaux. Ils ont des foires régulières, et mènent des réflexions sur les produits et services Made in Ghana. A cela s’ajoutent l’implication des secteurs tant public que privé, et des campagnes de sensibilisation sur les médias.

Le Ghana, un modèle économique pour l’Afrique

Malgré les mêmes réalités africaines dans la promotion des produits locaux, j’ai constaté que le pays de Nkrumah semble plus avancé dans les initiatives visant à éduquer économiquement sa population sur l’intérêt du Made in Ghana. Pas de surprise, qu’au tout dernier sommet de l’Union africaine, ce pays ait été choisi pour abriter le secrétariat général de la zone de libre-échange continentale africaine, la ZLEAC.

Queen Yasantwa, une Congolaise vivant au Ghana depuis six ans, m’a témoigné de la culture ghanéenne tendant à encourager ce qui est local. « Lors des cérémonies officielles telles que les mariages, anniversaires, etc., on vous incite parfois à vous habiller et à boire ghanéen. C’est vraiment différent des réceptions, chez nous au Congo, où l’on pense qu’être habillé à l’occidental est la norme pour être considéré », déplore cette Congolaise vivant au Ghana.

Changer nos habitudes

Combien de fois avons-nous incité les Congolais à consommer le yaourt produit sur place au Congo par des compatriotes afin d’augmenter leur marché ? Dans nos supermarchés, faisons-nous attention à l’étiquetage pour déceler la provenance des produits ?

Prenons également le temps d’apporter des critiques positives à ce qui est fait localement et nous aurons contribué à faire réussir le patriotisme économique tant espéré.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (0)

    1. Je connais bien le Ghana pour y avoir été deux fois en une année, juillet 2018net mai 2019. C’est un vrai témoignage cet article. Le Ghana inspire plusieurs africains. Déjà en 2008, au Burkina, on pensait que j étais ghanéen pour un comportement environnemental. Bravo cher Kakel pour ton témoignage.

  1. Je suis d’avis avec mon confrère Kakel Bumb, nous vivons celà ici à Kasumbalesa où je réside depuis 2007. La plupart des habitants de Kasumbalesa, Lubumbashi, Likasi, Fungurume, Kolwezi… fréquentent le custom (douane) de la Zambie pour acheter des produits venant de l’extérieur du pays, tout ça pour enrichir l’économie des autres. Mais personne ne se préoccupe des produits fabriqués localement.

  2. Je suis d’accord avec mon frère Kakel à une seule condition, soyons compétitifs, quelque soit le niveau macro ou micro économique, soyons compétitifs afin que la consommation des nationaux et même des étrangers, soit ou se fasse aussi naturellement.

  3. Vraiment je suis content et plein de joie de voir comment notre Pays est entrain de se développer petit à petit par le travail et la détermination des jeunes entrepreneurs et leurs entreprises en vu de lutter contre la pauvreté.