article comment count is: 0

Mbujimayi : quand la pauvreté pousse les gens à la prière

Je ne suis pas contre la prière, ni contre le fait d’aller à l’église. Mais je pense que beaucoup de ceux qui prient et jeûnent à longueur des journées dans les églises, le font parce qu’ils n’ont pas d’emplois. Si les fidèles avaient un travail bien rémunéré, les églises seraient moins peuplées qu’aujourd’hui. Dans beaucoup de cas, c’est la pauvreté qui pousse les Congolais à la prière.

Comme je l’ai dit plus haut, loin de moi l’idée de nier l’importance de la prière, du jeûne, de la Parole de Dieu ou de l’église. Je ne suis pas un athée. Mais je constate que la prière est devenue un simple exutoire. Beaucoup prient, non parce qu’ils sont chrétiens, mais parce qu’ils sont dépassés par les difficultés et les problèmes de la vie. Les veillées de prière – à l’église ou à la montagne – deviennent la solution. Et quand les choses reviennent en ordre, et qu’ils commencent à gagner un peu d’argent, ils oublient la Bible et la prière, parfois retournent dans le péché.

21 jours de jeûne et de prières

À Mbujimayi, les gens, surtout les femmes, ont pris l’habitude de se rendre en retraite à la montagne, bravant l’insécurité qui existe dans la ville et en périphérie. Miya, Nzaba, Bakwa Nsumpi, etc., sont quelques uns des lieux de prière très fréquentés par des croyants. Ils peuvent y passer 10, 21, 30 ou 40 jours.

Par curiosité, j’ai eu à visiter un de ces lieux : je préfère en taire le nom. J’y ai trouvé des hommes et des femmes plongés dans la prière. Certains debout, d’autres à genoux ou se roulant par terre, versant des larmes. La majorité était des jeunes. Mais les requêtes de prière que j’ai entendues m’ont surpris. C’était beaucoup plus les besoins de mariages, d’emploi, de voyages en Europe, avancement au service, etc.

J’ai aussi remarqué que les démons qui étaient le plus chassés c’était la sorcellerie, le blocage et la pauvreté. Mais pas une seule fois je n’ai entendu quelqu’un demander le Saint-Esprit ni la Vie éternelle !

Sur la radio-télévision de l’église…

C’est devenu presqu’un devoir que chaque église ait sa chaine de radio et de télévision. Et sur les antennes, le jour comme la nuit, ce sont les pasteurs qui polémiquent, s’invectivent et se contre-attaquent. Les séances des prières d’intercession sont retransmises à la télévision. Que de spectacles ! De l’onction fabriquée. Dans la plupart des cas c’est du fanatisme pur et simple.

Pour Jean-Claude Kazadi, assistant à l’Université protestante au cœur du Congo (UPCC), ces prières incessantes sont la conséquence d’une forte pauvreté.

Et les tapages nocturnes…

Dans la Bible, Jésus a parlé à 5000 personnes sans mégaphone. Mais ici dans nos églises, vous trouverez 10 baffles pour parler à moins de 30 personnes. Plus grave, cela se passe la nuit. Faites l’addition lorsqu’un seul quartier peut compter à lui seul une trentaine d’églises faisant des services au même moment ! Quelle cacophonie ! Pas étonnant que des bandits en profitent pour opérer en toute quiétude.

Bref, en ce qui me concerne, je crois en Dieu, mais je ne crois pas aux déviations qu’on fait de la prière.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (0)

Cookie Policy

Nous utilisons des cookies analytiques / de performance pour améliorer votre expérience utilisateur sur notre site. En savoir plus.

Non