article comment count is: 0

Quand les préjugés nous font perdre des opportunités

Les préjugés nous amènent souvent à manquer des opportunités d’emplois, de bourses d’études, d’amitiés, etc. Car l’on se dit qu’on fait juste de la figuration en s’essayant à un appel d’offre, à un concours. De nombreux jeunes de RDC sont découragés par l’absence criante de justice sociale. Mais tout n’est pas si pourri que ça.

Je suis parfois choqué et déçu de constater qu’à Lubumbashi, au sud de la RDC, lorsqu’une opportunité d’emploi est offerte, certains pensent avant tout que c’est perdu d’avance. C’est un abattement coupable, quels que soient les cas d’injustice que nous connaissons en RDC. De belles occasions, où l’on recrute de bons acteurs, existent bel et bien et existeront encore.

J’étais dans le bureau de Papa Binemos (nom changé) lorsqu’ensemble nous avons entendu, sur une des chaînes de radio, que le gouvernement congolais avait mis à la disposition des jeunes, environ 500 bourses pour des études à l’étranger. Sa première réaction  était : « Ces autorités ne font que nous distraire. Car elles ont déjà choisi leurs enfants et autres proches pour bénéficier de ces bourses. » Pour lui, tout est joué d’avance et le reste n’est que de la farce pour tromper l’opinion.

Ne voyez pas tout en noir, essayez

Bien sûr, il arrive sans doute des situations où les décideurs favorisent leurs proches. Le pays a connu des histoires de faux athlètes engagés dans des championnats au détriment de véritables athlètes… Mais dans ce pays, de nombreux autres jeunes ont saisi d’incroyables opportunités, simplement parce qu’ils ont présenté des qualités et des compétences.

À mon avis, c’est une mauvaise posture que de se décourager face à des opportunités qui se manifestent. Il nous faut combattre les préjugés et les mauvais exemples en cette matière. Ce ne sera pas en se croisant les bras et en devenant experts en critiques qu’on résoudra le problème. Tout n’est pas pourri. Je connais des doctorants, des professeurs d’université, des ingénieurs, des artistes qui brillent dans leurs domaines respectifs, simplement parce qu’on leur a fait confiance. Mais ce qu’ils ont fait, au départ, c’est d’avoir osé postuler. Et c’est comme ça qu’on devrait briser certains préjugés, notamment sur l’emploi.

 


Vous pouvez lire aussi : La RDC doit être fière de ses accents, et non s’en moquer

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.