article comment count is: 3

Ta première fois à Paris ? Ces arnaques à éviter

Paris, ville lumière, mais pour y être il faut aussi être une lumière. Sinon, tu te fais manger très rapidement par des arnaqueurs de tout genre. J’ai partagé dans un article les astuces pour préparer son voyage, mais aussi pour les premiers pas dans Paname. Ici, on suppose que tu es déjà dans Paris. Quelques astuces pour ne pas te faire escroquer.

Le titre de transport

Se déplacer dans Paris est l’une des choses difficiles pour une personne qui arrive pour la première fois dans la capitale française. Il existe pour cela des lignes de métro, le RER, des bus et des tramways. Ce sont des transports concernés par les abonnements et plus faciles à utiliser. A côté, il y a des taxis et autres types de moyens de déplacements que j’expliquerai un autre jour. Il s’agit de Uber, Heetch, Kaptene, etc. C’est des taxis que tu appelles via des applications de téléphone.

Bon, parlons des bus, tram, RER et métro. La meilleure idée est d’acheter un Pass Navigo. On peut se le procurer dès l’aéroport pour 5 euros dans des bureaux de la SNCF, et une recharge mensuelle est de 76 euros.

C’est cool, car avec cela on peut circuler dans toute l’île de France.

Mais si vous ne vous déplacez pas longtemps, vous pouvez opter pour des tickets de transport. Un carnet de 10 tickets par exemple coûte 16 euros.

Mais attention : n’achetez pas ces tickets auprès des personnes qui vous les proposent en les ayant dans leurs mains. Vous risquez une amende et une arnaque aussi. Il faut aller seul à la machine. Il ne faut pas non plus fraude, ni oublier de valider vos titres de transport. Vous payeriez ainsi des amendes énormes qui valent plusieurs fois le trajet.

A la tour Eiffel, peu de gens sont de bonne foi

Etre à Paris sans visiter la tour Eiffel, c’est commettre un péché, diront certains. Parmi les transports en commun qui s’y rendent, la ligne 6 et le RER C, sont des moyens de transport qu’on utilise souvent quand on a un Pass Navigo. Alors soyez vigilent, très vigilants sur ces lignes. Les voleurs aussi savent que ces lignes sont fréquentées par les touristes. Des experts pickpockets sont présents. Ils sont sans pitié, ils vous voleraient tout sans état d’âme.

Mais si les pickpockets exercent dans la discrétion, attention aux voleurs qui le font au grand jour. Il y a, autour de la tour, des gens qui proposent des balades à vélo tricycles, avec ou sans moteur. Des petits engins bien décorés et qui feraient de beaux cadres pour les photos. Ici, il faut négocier le prix avant de monter à bord.

Si vous êtes en amoureux ou en groupe, il vous dira : « Mes amis, montez, le tour c’est 20 euros et je vous amène à la tour Eiffel ou je vous fais visiter les avenues autour. »

Ils parlent souvent un français approximatif, tout pour vous charmer. Mais en descendant, si vous êtes 6 ou un couple, quand vous lui payez les 20 euros (c’est même écrit comme tarif sur sa moto hein !), il vous dira : « Mes amis, c’est 20 euros par personne au fait ! » C’est cela l’arnaque. N’acceptez jamais de payer ainsi. C’est du vol.

Puis autour de la tour, il y a des groupes d’individus qui jouent à « Omoni mundele ? ». Ce jeu avec trois petits verres renversés et une boule. Ils mélangent, mélangent et vous demandent de retrouver la boule. Ils vous promettent le double de votre mise si vous réussissez. Ne jouez pas ce jeu. Vous ne gagnerez jamais car un gars subtilise très discrètement la boule. Le truc à faire c’est de passer son chemin. Ils essaient de vous embourber en faisant gagner un heureux chanceux. Mais en effet c’est un membre de la bande.

Ces arnaqueurs, pour pousser à l’extrême leur vol, ils font de faux joueurs gagnants habillés comme des touristes avec des t-shirts « I love Paris ». Ces voleurs disparaissent dès que la police passe.

Pigalle, le piège à touristes

Quand on vient à Paris, on a en tête le Moulin Rouge et en général Pigalle. Il y a ici la réputation des prostitutions. En tant que Congolais, ton rêve est peut-être de coucher avec une blanche. Je te conseille le Red light street si tu le veux, mais c’est à Amsterdam. Là-bas, la prostitution est légale.

Qu’on ne te trompe pas, à Pigalle tu ne peux qu’y perdre de l’argent gratuitement. Et on t’exige de payer cash, pour que cela soit sans trace.

Comment ça se passe ? Il y a, chaque soir, des affiches qui vous invitent à venir voir des scènes ou des danses érotiques pour 10 euros. Mais une fois dedans, on vous pousse à consommer de manière immodérée. Une fille presque nue vient te proposer une danse : « Chéri, achètes moi un verre s’il te plaît et je vais te faire un striptease. »

Tu dis alors : oui chérie, bois. Elle passe sa commande et enlève son soutien-gorge. Tu découvres des seins modifiés par chirurgie esthétique. Elle te propose d’y toucher. Elle se frotte contre toi, elle t’allume. Puis elle te demande un deuxième, puis un troisième verre, etc.

En même temps, elle t’encourage à boire encore et encore.

Puis, un moment deux gros gaillards, des gars de la sécurité viennent te demander de payer l’addition avant de continuer.

C’est là que tu découvres que le verre de la fille coûte 80 ou 100 euros. Tu ne sais même pas ce qu’elle a bu. Si elle a pris 6 verres, imagine la facture. Puis toucher, c’est 50 euros. Puis tes bières à toi aussi.

En moins de 20 minutes tu peux payer jusqu’à 500 euros. Et en cash.

Voilà, c’est cela Paris. Vous êtes avertis.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Commentaire *
    Merci Beaucoup Frère Rodriguez. Surtout la dernière histoire me fait trop Marré, je vraiment prudent bientôt à PARIS