article comment count is: 4

Voyage à Paris : ce que tout Congolais devrait savoir avant (Partie 1)

Poto, mikili, vous êtes sur le point d’y aller pour votre première fois. Et pas n’importe où, vous voulez vous rendre dans la capitale française, Paris. En tant que Congolais vivant à Paname (oui c’est ainsi que ça s’écrit et ce n’est pas Panama), je vous livre quelques astuces qui pourraient rendre votre aventure plus plaisante et moins stressante.

Bandal c’est Paris disent certains Kinois, tout comme à Goma certains disent plutôt que Himbi c’est Paris. Je peux vous assurer que cela n’est vrai qu’en tant que slogan. La réalité est toute autre. Sans vouloir rabaisser notre cher pays, je vous assure que peu importe de quelle ville de RDC vous venez, vous n’avez jamais rien vu de pareil que le vrai Paris ! Donc vous serez dépaysé, peu importe que vous soyez un mbokatier (villageois) ou citadin. 

Donc lisez ces quelques conseils gratuits. 

Tout document est bon à mettre dans votre dossier de visa

Bon, je me permets ce flashback pour parler du visa. Disons que vous avez déjà tout ce qu’il vous faut : une invitation, une attestation d’hébergement ou réservation d’hôtel, votre billet d’avion aller-retour, votre assurance Schengen… Bref tout ce qui est demandé sur le site de l’ambassade. Je vous rappelle que tout cela ne suffit pas toujours pour avoir le visa ! D’ailleurs, ils le disent bien : un dossier complet n’est pas une garantie que le visa vous sera accordé. Donc ajoutez tout ce que vous trouvez comme document pertinent : titre parcellaire, carte rose de votre voiture, votre contrat de travail, une lettre de soutien de votre employeur qui garantit que vous avez un emploi, attestation de naissance de vos enfants, etc. Il faut tout mettre dedans, pour que l’ambassade comprenne que vous n’allez pas être tenté de « kobwaka ngunda », s’exiler comme disent les Kinois. Vous devez prouver votre valeur au pays. Et les actes de naissance de vos enfants sont un bon élément car on saura que vous avez des attaches au pays.

Pensez à votre tenue de voyage !

Je donne ce conseil pour deux raisons : d’abord pour que vous vous habilliez selon le temps qu’il fait. L’hiver c’est vraiment froid, pensez à porter des habits chauds.

Mais je dis ceci aussi pour une autre raison : peu de vols venant d’Afrique subsaharienne sont directs vers Paris. Je ne sais pas si c’est pour éviter des clandestins ou pour des raisons pratiques. On y fait le check des bagages à mains et des voyageurs au moins deux fois : une fois avant de décoller de Kinshasa ou de Goma, la deuxième fois avant d’embarquer après l’escale. Et quand on check, on revérifie le visa. Alors si tu es habillé de manière extravagante, ou peu respectueuse, on peut te remarquer et passer plus longtemps à te « checker ». Donc oublions un peu la sapologie. Assure toi aussi d’avoir la même coiffure que sur la photo passeport sur ton visa. Sinon on peut dire que tu ne ressembles pas à la personne sur la photo et on peut bien te débarquer depuis le pays d’escale. J’ai failli subir cela. Sur mon visa qui était long séjour, j’avais une coiffure différente de celle que j’avais le jour de mon voyage. A Addis-Abeba, j’ai été le dernier à monter dans l’avion, après plusieurs vérifications, car « je ne ressemblais plus à la personne sur le visa » !

A l’atterrissage, il y a aussi un autre contrôle où l’on vérifie si tu ressembles à la personne sur le passeport et sur le visa.

N’accepte pas de prendre de colis des inconnus

À l’aéroport,  il y aura toujours des gens pour te proposer des colis à faire enregistrer en ton nom si tu n’as qu’un seul bagage. C’est souvent de la nourriture qu’ils envoient. On peut même te proposer jusque 50 euros pour ce service. Mon cher ami, pour ton premier voyage, n’accepte pas. Car il y a une liste d’articles interdits et qui pourraient te valoir la prison ou d’être refoulé dès ton atterrissage. Parmi ces choses le produit Caro Light.

Sur Paris, prendre un taxi pour aller à sa destination

Oui, on dit « sur » Paris. On ne dit plus je suis à Paris. Je crois que cela doit venir d’un fait historique en lien avec la guerre mondiale, mais je n’en sais rien. Mais le fait est que l’on dit : je vais sur Paris. Donc une fois sur Paris, ne vous risquez pas à prendre le transport en commun. C’est un casse-tête. Vous vous y perdriez. Même avec les meilleures instructions, je vous promets que le mieux est de prendre un taxi, 50 euros jusqu’à votre hôtel ou à la maison. Et après, quand vous vous serez habitué aux transports en commun dont le bus, le métro, le tramway ou le RER, vous pourrez alors le faire. 

Dernier conseil, si vous y allez pour moins d’un mois, achetez une puce « Orange holidays ». Elle coûte 40 euros et vous permet d’avoir 10 giga bytes d’Internet à utiliser dans toute l’Europe, 2 heures d’appels vers toutes les destinations du monde et 1000 textos. C’est le meilleur plan communication pour quelqu’un qui vient d’arriver, en plus aucun besoin de se faire enregistrer pour utiliser le numéro.

Les prochains conseils dans le prochain article.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (4)

  1. très instructif vraiment, mais le congolais étant souvent accro à la visibilité, faut leur dire que la sapologie n’intéresse pas les douaniers.!!!!!

  2. Merci pour ton conseil si pertinent mais si quelqu’un vais rejoindre sa famille ou pour chercher le diob comment il peut posséder ?