Mme Tatiana Mukanire, survivante de violence et présidente du mouvement, Bukavu, 2019, ©Owanga Photography/Dona Moleka
article comment count is: 0

Qui pour assister les survivantes des violences sexuelles ?

En mars dernier, des femmes survivantes des violences sexuelles en RDC étaient sous les projecteurs du monde pour raconter leurs victoires face aux atrocités qu’elles ont vécues. Accompagnées par le prix Nobel Denis Mukwege, elles ont brisé le silence sur leur situation lors d’un forum organisé par la duchesse de Luxembourg. Si celles-là ont pu s’exprimer, des milliers d’autres n’ont pas cette chance et vivent dans le silence et l’oubli absolu.

Il existe des femmes qui ne baissent pas les bras après les drames sexuels dont elles ont été victimes. Certaines d’entre elles l’ont fait savoir lors d’un forum au Luxembourg, en présence du prix Nobel Denis Mukwege. Ces survivantes congolaises ont décidé de se battre pour reprendre leur place dans la société. Entrepreneures, cadres au sein des organisations non gouvernementales ou encore enseignantes dans les universités, elles sont la preuve que l’on peut se relever des pires épreuves de la vie.

Des communautés locales complices des violeurs ?

Des milliers d’autres survivantes des violences sexuelles sont victimes d’un deuxième bourreau : la communauté locale. Elles sont en permanence humiliées, stigmatisées et abandonnées par leurs époux, leurs proches. Ces femmes portent seules le lourd fardeau de l’exclusion que la méchanceté humaine leur a imposée. En les mettant à l’écart, les communautés locales deviennent complices de violeurs.

Serpents, malédiction ou souillure, c’est ainsi que la communauté appelle leurs enfants issus des viols. Comment l’humain peut-il être aussi méchant ?

Photo prise lors du tournage film sur les survivantes de violence sexuelle, Bukavu, 2019, ©Owanga Photography/Dona Moleka

Faisons quelque chose pour les survivantes et leurs enfants

Il est temps que quelque chose soit fait pour rendre leur dignité à toutes ces survivantes de violences sexuelles. Pour cela, je crois qu’on devrait procéder au recensement de toutes les victimes, élaborer des politiques adaptées aux besoins exprimés par elles-mêmes.

Il faudrait après construire plusieurs centres spécialisés où les survivantes et leurs enfants pourront bénéficier d’un accompagnement psychologique en cas de besoin. Créer aussi des infrastructures pouvant leur faciliter l’accès à des formations professionnelles et aux financements pour des survivantes qui souhaiteraient s’orienter vers l’entrepreneuriat.

Penser aussi aux bourses pour que certaines ou leurs enfants puissent faire des études de leur choix. Mais avant tout, il faut que la sécurité revienne, dans leur milieu, et que la justice soit intolérante face aux bourreaux.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (0)

  1. De mon avis, il existe déjà certaines politiques mises en place dans ce but. C’est même tout le sens de la reconnaissance attribuée au prix Nobel Dr. Mukwege. Mais cela n’est certes toujours pas suffisant. Dans cette optique je partage votre avis. Améliorer les politiques existantes et développer de nouvelles pour assister ces femmes et leurs enfants devrait occuper une place de choix dans les débats.

    1. Merci pour votre commentaire. Je partage totalement votre opinion et souligne que l’engagement de tous est essentiel pour l’intégration des survivantes et leurs enfants. Chacun d’entre nous devrait s’approprier le combat du Prix Nobel de la Paix afin de s’assurer que les viols et tous les problèmes y relatifs ne sévissent plus dans notre pays et partout dans le monde

  2. De mon avis, certaines politiques existent déjà pour venir en aide, assister et suivre ces femmes qui étaient autrefois délaissées. C’est tout le sens de la reconnaissance attribuée au prix Nobel Dr. Mukwege. Mais cela n’est certes toujours pas suffisant. Dans cette optique, je partage votre avis. Les femmes qui sont sans assistance sont toujours nombreuses. Renforcer, Améliorer les politiques existantes pour mieux assister et suivre les victimes et leurs enfants devrait être occuper une place de choix dans les débats.

  3. Il est aussi important de sensibiliser la population via les médias comme les radios communautaires afin qu’il y ait des émissions dans le sens de compatir avec les victimes et leur apporter le soutien nécessaire…

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.