article comment count is: 0

RDC : les larmes d’un policier

Le policier congolais est souvent présenté sous un angle négatif, comme quelqu’un qui persécute toujours les femmes. Ce cliché n’est pourtant pas à généraliser. Il y a des policiers qui aiment leurs épouses, plus que n’importe quels autres hommes.

Un bon matin, présent à son poste à Lubumbashi, un policier commis à la garde de nos bureaux me voit venir. De manière exceptionnelle, il me lance : « Respect mokonzi » (mes respects, chef !). Un salut sec. Je n’y comprenais rien.

À peine j’entrais dans mon bureau, ce policier fond en larmes. Les larmes d’un policier, c’est rare de les voir ! Pris d’étonnement, j’accours vers lui. Il me dit : « Mwasi nanga aza na hopital, nazo koka te ! » (en français  : mon épouse est hospitalisée, je ne supporte pas). Il était vraiment triste et avait besoin d’une assistance. J’essayais de le calmer, tout en réfléchissant à la solution à son problème.

Tous les soldats ne sont pas pourris en RDC

C’était ma première fois de voir un policier témoigner tant de respect pour sa femme :

« Si je suis devenu quelqu’un ici devant toi, c’est grâce à ma femme, c’est elle qui fait tout. Cela fait quatre jours que je n’ai pas mangé avec tous mes enfants, explique le policier. C’est grâce à son petit commerce que nous vivons. Elle gagne 4500 FC par jour  (environ 3$) et cela nous permet de vivre. Maintenant qu’elle est malade, c’est difficile ! Là-bas à l’hôpital du camp, il n’y a pas de soins de qualité. Je ne peux tout simplement pas supporter de voir ma femme souffrir ainsi. »

Il parlait avec une telle sincérité que n’importe qui aurait compati à son malheur. Je n’ai pas hésité à référer en urgence son cas à ma hiérarchie. Hélas, j’ignore si la hiérarchie l’a assisté ou non.

J’ai lu plusieurs rapports dans lesquels nos forces armées sont accusées de violences à l’égard des femmes. Mais le cas de ce pauvre policier m’a permis de nuancer ces affirmations. Il est différent des autres soldats. Il aime sa femme et est prêt à tout pour lui venir en aide.

Apprendre à aimer comme ce soldat

J’ai pensé à tous ces soldats mal payés alors qu’ils ont des familles à prendre en charge. Chez-nous au Congo, un policier touche environ 68$ de solde par mois. Je ne pouvais rester insensible à la douleur de ce policier de Lubumbashi qui pleurait, et était très inquiet au sujet de la maladie de son épouse bien aimée. Il était dépassé, débordé, avec une solde insignifiante !  

Je qualifie de braves ceux d’entre nos forces armées qui respectent, aiment et compatissent à la situation de leurs épouses ; qui reconnaissent l’apport de la gent féminine dans leur foyer. Avec eux, il est possible d’éclairer le tableau sombre de notre pays. Apprendre à aimer un soldat et aimer comme ce policier de Lubumbashi.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.