article comment count is: 0

Ces résultats alarmants du sondage U-Report sur la fermeture des écoles en RDC

Alors que les écoles et universités en République démocratique du Congo sont toujours fermées en raison de la pandémie du Covid-19, l’éducation de plusieurs enfants, élèves et étudiants est menacée. D’après le dernier sondage initié par la plateforme U-Report RDC, la fermeture des écoles a eu un impact négatif sur 73% d’entre les répondants. 

U-Report RDC est une plate-forme sociale développée par l’Unicef, disponible via SMS, où plus de 600 000 jeunes s’expriment sur des enjeux qui leur tiennent à cœur. A travers de courts sondages, ils obtiennent des informations, rapportent les problèmes auxquels ils font face, proposent des solutions et mènent des actions pour un changement positif dans leur communauté. Au niveau international, c’est aussi une communauté de plus de 13 millions de personnes présentes dans 76 pays du monde.

Le dernier sondage portant sur l’impact de la fermeture des écoles en RDC était destiné aux élèves et étudiants inscrits sur la plateforme. À la question de savoir si la fermeture des écoles a un impact sur eux, 73% ont répondu oui. Alors que seulement 27% ont dit non.

L’impact de la fermeture des écoles

À la question de vouloir identifier l’impact principal auquel les élèves et les étudiants congolais font face en cette période, 68% des personnes interrogées ont indiqué le retard d’apprentissage. C’est le cas de Seti Yale Nasara, étudiant et jeune U-Reporter (membre de la plateforme U-Report) ayant participé au sondage depuis Kinshasa. Il a connu un retard dans la défense de son mémoire suite à la fermeture des écoles depuis la première vague du Covid-19.

« A la question de savoir l’impact principal de la fermeture des écoles pour moi, selon les réponses proposées, j’ai choisi le retard d’apprentissage parce que les élèves ainsi que les étudiants enregistrent beaucoup de retard et de lacunes vu qu’ils seront dans l’incapacité de finir toutes les matières. Un danger pour leur éducation », explique Seti Yale Nasara, joint par Habari RDC.

Pour Gustave Katsuva, étudiant en économie et U-Reporter ayant participé lui aussi au sondage depuis Goma, la fermeture des écoles l’a obligé à rester à la maison, privé de l’acquisition de connaissance, mais malheureusement ne le protège pas du Covid-19. Selon lui, même s’il est passé en première licence, il croit qu’il a jusqu’à présent beaucoup de lacunes dans certains cours, en raison de la course au temps.

« Après le confinement, nous avons été obligés d’achever l’année académique 2019-2020 en un temps très réduit. A cause de cela, beaucoup de cours n’ont pas été bien assimilés. Travaillant en fonction du calendrier fixé par le ministère de l’Education, les enseignants se souciaient moins de l’assimilation de leur matière par les étudiants », regrette Gustave qui pense que la fermeture des écoles impacte non seulement son cursus académique, mais également sa formation.

Et si on instaurait un programme d’enseignement à distance

Pour savoir s’il y a une école qui a mis en place un programme d’éducation à distance, 67% des personnes interrogées ont répondu non. Seti Yale Nasara est de ceux qui ont répondu non, car selon ce jeune Kinois, cette pratique n’est pas adapté au contexte congolais. Il explique : « J’ai dit non au sondage quand bien même certaines écoles ont pu le faire, car ça n’a pas produit des résultats escomptés. »

Il a donné le cas de Senga Ingrid, la jeune fille qui défraie la chronique au pays de Tshisekedi. La fille a été grondée et retirée du groupe WhatsApp de sa classe par son enseignant pour avoir envoyé des stickers et des emojis pendant les heures de cours. L’affaire a fait le buzz sur la toile congolaise.

Pourtant une pratique qui déplait à plusieurs Congolais, un arrêté ministériel portant création du cadre institutionnel de l’enseignement à distance au sein du ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et technique aurait été signé le 27 janvier dernier par le ministre d’État en charge de l’Education Willy Bakonga, dont une copie nous est parvenue.

Que solution à envisager ?

 En ce qui concerne la solution à proposer, 81% des personnes interrogées ont opté pour l’ouverture des écoles, contre 11% pour l’enseignement à distance, tout en respectant les mesures barrières.

« A mon avis, cette fermeture des écoles a littéralement tué l’éducation au pays. Je pense que les autorités devraient rouvrir les écoles et les universités sur toute l’étendue du territoire national tout en accompagnant cela par des mesures sanitaires pouvant aider à juguler la pandémie », recommande Gustave.

Dans un communiqué de presse parvenu à Habari RDC, Edouard Beigbeder, représentant de l’Unicef en RDC, a déclaré ce qui suit : « Aucun effort ne doit être ménagé pour rouvrir les écoles et s’assurer que les enfants apprennent à lire, à écrire et à réaliser des calculs de base tout en développant leurs connaissances. »

Voulez-vous participer au prochain sondage ? Rejoignez la communauté U-Report RDC en envoyant gratuitement le mot GO par SMS au numéro 101.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion