article comment count is: 1

Tabagisme : plus facile de commencer que d’arrêter

Des jeunes de Lubumbashi me demandent si « fumer est préjudiciable à la santé », comme cela est indiqué sur les paquets de cigarettes en RDC. Surtout lorsqu’ils apprennent que je fume depuis 46 ans ! Ma réponse va vous surprendre : le tabac est très dangereux pour la santé. Il est plus facile de plonger dans le tabac que d’arrêter.

En 1969, j’arrivais avec trois mois de retard à l’Université officielle du Congo, actuelle Université de Lubumbashi. Grande était la masse de travail qu’il me fallait faire pour rattraper le retard. J’ai machinalement acheté un paquet de cigarettes et j’ai travaillé toute la nuit. Jusque-là, je n’avais été qu’un petit fumeur occasionnel, qui fumait par snobisme, pour imiter les autres au collège. À un moment,  j’avais même arrêté de fumer parce que l’Eglise à laquelle je venais d’adhérer ne tolérait pas cette pratique.

Mais quand je me suis rappelé le prodige opéré sur moi par ce paquet de cigarettes lors de cette mémorable première nuit de travail au campus, je suis tombé fan du tabac. J’ai commencé à fumer des cigares et j’ai même fini par acheter une pipe ! Au bout du compte, je revenais toujours à la cigarette malgré sa dangerosité que je n’ignorai pas.

Envie de boire un verre appelle envie de fumer…

Je suis tombé, sans le savoir à ce moment-là, sous la dépendance provoquée par la nicotine qu’il y a dans la cigarette. Une dépendance physique à laquelle devait s’ajouter une dépendance psychique, plus tyrannique encore. Même quand je tombais malade, et que j’ai commencé à faire de l’hypertension artérielle, je fumais toujours ; même quand j’étais enrhumé ou que je toussais de temps en temps, je fumais de plus belle. La cigarette était devenue pour moi une loi, un besoin irrépressible pour me calmer les nerfs. Mais pour quel budget ? Fumer coûte cher : 3 à 5 USD tous les trois jours, voire plus.

J’ai fourni des efforts (presque héroïques au début) pour arrêter de fumer et j’y suis même parvenu à cinq reprises. Mais j’ai toujours fini par retomber et recommencer à fumer ! J’ai enfin compris le pourquoi : chaque fois que j’arrêtais de fumer, je finissais par arrêter de boire, mais quand un jour ou l’autre je finissais par accepter un verre, je ne pouvais que finalement demander une cigarette et acheter un paquet le lendemain…

Fermer les usines de tabac est la solution

Le fait de voir une personne quelque peu âgée continuer à fumer ne doit pas vous amener à croire que le tabac est inoffensif. C’est une erreur. Le problème c’est qu’en RDC, il n’y a pas de statistiques comme en Occident. Mais l’OMS chiffre à 7 millions les morts dus à « l’épidémie du tabagisme ». Elle indique que 6 millions sont fumeurs actifs ou d’anciens fumeurs.

Les mises en garde obligatoires inscrites sur chaque paquet de cigarettes, « fumer est préjudiciable à la santé », par exemple (en RDC), ne sont là simplement que pour effrayer les moineaux. J’ai toujours pensé que l’unique et véritable solution serait de fermer et de raser toutes les usines de tabac. Mais quel État au monde pourrait s’y résoudre, quand on sait que l’industrie du tabac est au nombre des industries qui font rentrer le plus de recettes au Trésor public ?

Je tiens à témoigner d’une chose : c’est quand on arrête de fumer que l’on retrouve sa forme et une respiration normale. Je continue à fumer, mais je lutte pour cesser définitivement de toucher à la cigarette !

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.