article comment count is: 0

TF1, rendez-nous nos gorilles congolais !

En voulant sensibiliser à la disparition possible des gorilles de montagnes, la chaîne de télévision française TF1 a finalement fâché les Congolais contre les Congolais. Double effet boomerang, après la diffusion d’un reportage sur une télé française.

Dans un premier temps, en embouchant la trompette de la défense d’une espèce menacée, un JT européen se fait étriller par les défenseurs africains de la même espèce. Dans un deuxième temps, le désaveu venu de RDC finit en lynchage en règle des efforts… congolais en matière de préservation des espèces…

La polémique commence le 19 novembre dernier

Dans le journal télévisé de 20 heures de la première chaîne française, le présentateur lance la rubrique « Envie d’évasion » en évoquant le repaire des gorilles du Rwanda. Un détail n’échappe pas à des Congolais friands de télé « gauloise » : Gilles Bouleau indique que le téléspectateur va partir à la rencontre « des derniers gorilles de montagne », une espèce menacée qui ne vivrait « plus qu’au cœur des forêts denses du Rwanda ».

Le reportage de Sarah Sissman et Thomas-Diego Badia enfonce le clou en précisant que le dernier millier de représentants de ces hominoïdes à la force physique colossale ne pourraient se trouver que « dans le nord-ouest du Rwanda », précisément dans la chaine de montagnes des Virunga. Tollé… TF1 n’a manifestement pas assez enquêté pour comprendre que la chaîne volcanique s’étend du long de la frontière nord du Rwanda à la République démocratique du Congo et à l’Ouganda.

La toile s’enflamme

Sur Twitter, l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) monte au créneau pour corriger les journalistes français. Les ambassadeurs de l’Union européenne et des États-Unis emboîtent le pas. Jean Marc Châtaigner espère que « TF1 corrigera vite sa boulette ! », tandis que Mike Hammer invite à admettre une « erreur… ».

Les internautes lambda s’engouffrent dans la brèche, mais ne ciblent plus seulement TF1. Même si certains twittos suggèrent de « saisir TF1 administrativement », d’autres mettent à l’index les responsables africains du Rwanda, de l’Ouganda ou de la RDC elle-même. Avec un léger parfum de complotisme, des internautes suggèrent que la chaîne française n’a donné « de fausses informations » que pour « satisfaire le besoin de publicité des autres ».

Des critiques contre les autorités congolaises

Déployant le débat devenu afro-africain, d’autres répondent qu’il faut moins « blâmer un pays de faire le marketing culturel et politique de son territoire » que reprocher à son propre pays « d’être silencieux et hostile pour le tourisme ». La fierté congolaise s’est muée en critique des politiques congolaises… La balle serait donc dans le camp de l’ICCN qui devrait se départir des jérémiades pour « produire son propre documentaire » ou inviter la chaîne américaine CNN…

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion