article comment count is: 7

La ville de Goma perd ses habitants au profit de Gisenyi au Rwanda

C’est un constat fait depuis plusieurs mois par le blogueur Patrick Abega. Pour des raisons sécuritaires et de confort (électricité, eau et loyer moins cher), plusieurs habitants de Goma choisissent désormais d’habiter dans la ville voisine de Gisenyi au Rwanda. 

Il s’agit des Congolais évoluant dans tous les secteurs de l’économie, mais aussi des expatriés travaillant pour les ONG basées à Goma. Sans nul doute, cet exode est un manque à gagner pour l’État congolais, en particulier pour le trésor public. C’est aussi une fracture du tissu social parmi les Congolais de Goma.

Traversée quotidienne de la frontière 

Chaque matin et chaque soir à la frontière entre le Rwanda et la RDC, ce sont de longues files de ces Congolais et expatriés allant travailler ou revenant du travail de Goma. Tous détenteurs de visas de résidence ou d’autres titres de séjour du Rwanda. Ils affirment qu’ils sont séduits par le coût de la vie généralement plus tenable du côté rwandais.

Gisenyi est devenu l’Eldorado des Gomatraciens, grâce à  son niveau de développement jugé  avancé par rapport à celui de Goma. Ils y ont même ouvert des comptes bancaires. L’envie de revenir habiter à Goma s’est de plus en plus émoussée.

À qui la faute ?

En visite chez un ami à Gisenyi pendant les festivités de fin d’année, Eric Tshamala m’explique cette attraction des Gomatraciens vers Gisenyi :

« J’habite Gisenyi depuis six ans, j’étais encore étudiant quand j’ai emménagé ici. Je ne suis pas prêt d’habiter à nouveau au Congo, car  le gouvernement congolais n’arrive pas à réunir toutes les conditions pouvant nous empêcher d’envier la ville de Gisenyi. Même si le gouvernement congolais fermait la frontière à 12H00 je resterais ici à Gisenyi et travaillerais à mi-temps à Goma. J’y étais resté comme ça quand la même frontière fermait à 18H00. »

Adrien Maghene, un collègue de service ambitionne aussi d’aller s’installer à Gisenyi. Il explique: « Gisenyi nous séduit par la disponibilité des services publics telles que la sécurité, l’hygiène, l’eau, l’électricité, etc. Les produits manufacturés sont aussi à très bon prix », souligne-t-il.

Adrien confirme être même déjà  en quête d’une maison à louer à Gisenyi. Selon lui, c’est le gouvernement congolais qui est responsable de cet exode.

Goma s’appauvrit, Gisenyi s’enrichit

Si Goma nourrit Gisenyi, Gisenyi loge Goma, dit-on localement. Cette migration dissimulée, et sur laquelle les autorités ferment les yeux, n’est pas sans conséquences. Les maisons et les appartements  dans les quartiers huppés de Goma sont jugés chers et ne trouvent plus de preneurs. Leur prix de loyer varie entre 400 et 1000 dollars américains. Par contre, à Gisenyi ce même montant offre l’occasion d’habiter un appartement ou une villa bien équipée.

Dans les quartiers populaires de Goma, c’est  très différent. Bondés de maisons en planche, ces quartiers offrent moins de confort que ceux de Gisenyi du même standing. Pas de courant électrique, pas d’eau, pas non plus d’assainissement. Les maisons coûtent cher si on tient compte du revenu de la plupart des locataires. Entre 100 et 200$ c’est la moyenne du loyer de ces maisons en planche. En deçà de 100$, c’est peut être un studio qu’on habitera et non une maison. Gisenyi connait donc une croissance de son secteur immobilier lié au boom démographique causé par cette masse des Congolais qui viennent y habiter.

Le gouvernement congolais doit renverser la tendance 

Les autorités de la RDC ont intérêt à juguler toute cette perte qu’occasionnent ces émigrations. Goma et Gisenyi ne sont même pas distants d’un kilomètre l’un  de l’autre ; pourtant les conditions de vie de Gisenyi dépassent de milliers de kilomètres celles de Goma.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (7)

  1. Mais pourquoi se lamenter, il ya une Authorite du gouvernement a goma que vous aclamez jours et nuits pendant des Annees et l’insecurite est causee par vos voisins que vous ne voulez denoncer alors, assumez, le pays vas tres mal et l’insupportable est accepter par le peuple comment cas? Laissez les autres vous donnez des lessons..

  2. Je réside en France pour le moment, mais avant quand j’étais à Goma ma ville natale préférée, j’envisagais déjà partir vivre à Gisenyi juste pour la sécurité, le confort sur tout les points: électricité, eau que possède cette ville et même l’hygiène, assainissement, l’environnement. La vie est facile quand on se sens à l’aise et en sécurité, n’avoir peur de rien. Notre goma fut ainsi à l’époque avant les années 2000 mais aujourd’hui la faute est au gouvernement provincial. De fois suis triste car nous vivons l’inverse, les habitants de Gisenyi avaient l’envie de venir vivre à Goma mais le sens s’inverse.

  3. Ça semble être la même situation dans les grandes agglomérations de la RDC: Lubumbashi et la Zambie; Kinshasa et le Congo-Brazza; Bunia et l’Ouganda. On doit tous s’impliquer, tant du secteur public que privé, afin de renverser la vapeur.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.