Ebola
article comment count is: 0

Le virus Ebola, un « ami » de la RDC ?

Ebola, choléra, rougeole… La RDC est-il le pays de toutes les épidémies ? Le virus Ebola fait tranquillement ses allers-retours dans le pays. Depuis mai dernier, l’épidémie frappe la RDC pour la neuvième fois depuis 1976. Aucun autre pays au monde n’a été frappé autant de fois. La récurrence d’Ebola en RDC ne révèle-t-elle pas des failles dans le système sanitaire congolais ? Que manque-t-il vraiment à ce grand pays d’Afrique centrale pour mettre définitivement fin à ces épidémies ?

Qui dit épidémie d’Ebola dit mort d’hommes, contagion rapide, mise en quarantaine, isolement des contrées touchées, etc. Les victimes sont souvent des populations dépourvues de moyens pour se mettre à l’abri de telles pathologies. Ebola frappe aujourd’hui de plein fouet la population de l’ex-province de l’Équateur, notamment dans la localité de Bikoro. On dénombre une vingtaine de morts. Eh oui ! Encore et toujours des morts.

« Après être venue à bout de huit épidémies, la RDC dispose de l’expertise et des compétences pour contenir ce nouvel épisode », estime le professeur Jean-Jacques Muyembe, directeur de l’Institut national de recherche biomédicale de Kinshasa. C’est bien bon ! Mais allons-nous nous contenter de l’expertise et des compétences pendant que des Congolais meurent ? Pourquoi attendre l’apparition de la maladie pour organiser des ripostes ?

La RDC seul pays à avoir des chauves-souris ?

C’est ici qu’il y a lieu de s’interroger sur l’efficacité du système sanitaire de la RDC. Bien sûr, on dira qu’Ebola est dû au fait que le pays dispose d’une forêt et d’une faune bien plus riches au point de devenir le réservoir du virus… L’argument ne convainc pas car la RDC n’est pas le seul pays à avoir forêt, faune et flore riches. Elle n’est pas le seul pays à avoir des singes et des chauves-souris. C’est le système sanitaire congolais qui pose problème. Rien n’explique que la RDC soit la seule nation à subir neuf fois les frappes du virus Ebola. La situation fait même douter que toutes les fois que l’épidémie s’est déclarée, elle ait été totalement éradiquée. Peut-être qu’il en restait toujours quelques séquelles qui ont rebondi plus tard.

Si selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) « le choléra est un indicateur majeur de l’absence d’équité et de l’insuffisance du développement social », on peut dire qu’ en RDC le virus Ebola est un indicateur d’un système de santé incontrôlé par les dirigeants.  

 


Vous pouvez lire aussi : Boutons dehors le choléra

 

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.