article comment count is: 0

#60AnsDemainLaRDC: le pays a besoin d’une nouvelle classe politique

Lorsqu’en 1960, au Palais de la Nation, le désormais héros national Joseph Kasa-Vubu proclamait, au nom de la nation, la naissance de la République du Congo, il y avait un espoir de faire mieux que les colons. Hélas, notre classe politique a fait pire que les oncles belges en 75 ans. Alors je me demande : ne faudrait-il pas avoir une nouvelle classe politique pour que les choses puissent s’améliorer en RDC ?

Il ne fait aucun doute que l’actuelle classe politique dans son ensemble, a échoué. Il faut absolument une nouvelle classe politique pour changer les choses au Congo.

Un échec total en 60 ans

Dans son long discours à la nation, à l’occasion du 60ème anniversaire de l’indépendance de la RDC, le président Félix-Tshisekedi, en porte-parole des classes politiques passée et actuelle, a reconnu le cuisant échec de la politique dans la vie nationale. Il a déclaré : « Depuis l’indépendance jusqu’à ce jour, notre pratique de la politique a eu pour principal effet de diluer l’efficacité, de diluer les responsabilités et, au final, de desservir au lieu de servir. » La politique est clairement notre maillon faible des 60 dernières années.

Il est dès lors temps de penser à un nouveau type de politiciens car, l’ancien a failli à « son devoir de donner à la jeunesse une perspective crédible autre que de vouloir s’agglutiner au sein des institutions politiques et publiques », dit le chef de l’Etat. L’ancienne ou l’actuelle classe politique congolaise a fait de l’art de gérer une carrière. « Elle s’est transformée en une sorte de maffia », reconnait d’ailleurs Fatshi.

On change l’équipe qui ne fait que perdre

Désormais, il faut repenser la politique. La RDC de demain, celle qui se veut un pôle de développement au cœur de l’Afrique, doit compter sur de nouveaux politiciens désintéressés, animés par une vraie passion du Congo et désireux de réellement servir et non se servir. Ce n’est qu’alors que l’on pourra apercevoir le début de l’aurore.

Aussi, les jeunes aspirant à la politique, doivent arrêter de servir de tremplin aux vieux. Ils doivent cesser de se contenter de miettes tombant sous la table des dirigeants. Bref, ils doivent sortir de ces prisons blanches qui s’appellent ligues de jeunes, dont le seul objectif est de propulser les vieux. Le Congo de demain se construira avec une nouvelle classe politique.

 

Est-ce que vous avez trouvé cet article utile?

Partagez-nous votre opinion