article comment count is: 0

À Beni le père Noël a une machette et une Kalach!

Depuis 2014, des gens sont tués à Beni pendant la période des festivités de fin d’année. Massacrés à l’arme blanche et l’arme à feu. Cette année n’a pas dérogé à la règle car près de 30 personnes été tuées dans la nuit du 24 décembre au 25 décembre, jour de Noël.

Pourtant depuis un mois on a observé une relative accalmie avec seulement trois morts enregistrés. Quand ailleurs on fait la fête à l’occasion de la nativité, c’est la désolation parmi les enfants de Beni où le père Noël semble avoir  une machette et des armes à feu. Son vrai nom est ADF.

Le père Noël donne des cadeaux aux enfants qui ont été gentils durant l’année, ceux qui ne l’ont pas été en sont privé. Quel tort ont fait les populations de Manzamapini, Mayitatu, Baobab (trois villages sans eau potable ni électricité ) pour avoir comme cadeau un massacre d’hommes, de femmes et des enfants? Leur tort est d’être nés dans un coin qui interesse peu les décideurs du pays. Beni est à 2000 km de Kinshasa et c’est sûrement la raison pour laquelle on entame une troisième année de massacre sans que les responsables en soient formellement identifiés.

Un silence assourdissant des députés élus de Beni et une impuissance du gouvernement

Depuis le début de ces massacres, les députés n’ont rien fait pour amener le gouvernement à y apporter des réponses concrètes. On se souvient juste qu’il y a six mois, une séance à huis clos sur l’insécurité à  Beni avait été convoqué à l’Assemblée nationale après que les élus du Nord-Kivu avaient decidé de ne plus y siéger pour faire pression. De cette séance les députés s’étaient dit juste « partiellement satisfaits »! Après cette seance à huis clos plus rien n’a été fait.

À mon avis, les députés n’ont pas intérêt à perdre de vue le fait qu’ils sont des serviteurs du peuple. Ce même peuple qu’on égorge à l’est du Congo. S’ils ont pu obtenir au niveau du parlement la tenue d’une séance  sur la sécurité à Beni, des actions de plus grande envergure encourageraient  le gouvernement à se pencher sur cette question.

Le gouvernement congolais, plutôt que d’appuyer la thèse djihadiste, devrait envisager d’appeler à l’aide les nations comme le Nigeria qui ont l’expérience dans l’art de combattre des groupes armés comme les ADF. Il est étonnant que depuis trois ans près 20.000 hommes(FARDC et MONUSCO) n’arrivent toujours pas à bout de ces tueurs. Il faut reconnaître l’impuissance de l’armée congolaise face à cette rebellion.

Pour la troisième année, Noël n’a pas été fêté à Beni. Au lieu de célébrer la nativité, on y pleure des morts!

Partagez-nous votre opinion