article comment count is: 1

Ces agentes aux faux ongles dans les banques, respectez notre temps !

Orner ses doigts d’ongles artificiels conquiert les filles au Congo. Mais ces embellissements ont le défaut de ralentir l’exécution de certains services. Aux guichets des banques par exemple, les agents féminins qui portent ces faux ongles nous font perdre du temps, alors que nous avons besoin des doigts qui tapent plus rapidement sur le clavier. Les clients qui attendent d’être servis, finissent par perdre patience.

Durant mon dernier passage dans une banque de Lubumbashi, j’ai fini par croire à une copine qui me disait : « Les faux ongles handicapent le travail des femmes agentes des banques. » Et c’est vrai. J’ai vérifié cela dans plusieurs banques de la ville.

Une guichetière aux longs ongles

Ce jour-là, j’arrive chez Equity Bank sur le boulevard Laurent-désiré Kabila. A l’entrée, je prends un numéro, comme le fait tout celui qui arrive. Les interminables files d’attentes m’agacent et creusent mon temps.

Je m’avance au guichet avec mon bordereau, je le glisse à travers la brèche faite dans la vitre. Une femme tend sa main avec des doigts garnis d’ongles artificiels. Mes yeux fixent cette main.

Déballant le papier, elle commence à taper sur son clavier. Je vois bien qu’elle a du mal à le faire à cause de ses faux ongles. Ça frappe les touches en désordre et dans tous les sens, l’obligeant à s’arrêter chaque fois pour corriger ou recommencer. Entre-temps, une quinquagénaire derrière moi sur la file d’attente, semble s’irriter à cause de la lenteur de notre guichetière.

Presque vingt minutes après, elle me passe le bordereau pour que j’y appose ma signature. Et quand je l’interroge sur les raisons de cette lenteur, elle me lance simplement : « Est-ce que je n’ai pas fini ? Est-ce que je ne t’ai pas servi ? »

Et là je me suis demandé si le peu d’informations sur le document : date, nom, post-nom, motif du versement, numéro de compte, titulaire du compte, montant en chiffres et en lettres, valaient la peine de me bouffer tout mon temps !

Avant de m’en aller, j’espérais avoir des excuses de cette femme pour mon temps perdu devant son guichet. Mais en vain, j’ai eu un sentiment de dégout. La bonne dame est restée fière avec ses faux ongles !

Lorsque les banquiers viennent à la recherche des clients, ils parlent bien, sont polis et rassurent. On nous séduit pour entrer dans leurs « pirogues ». Mais une fois dedans, le banquier devient roi.

À la banque, pas besoin de mannequins

En traversant pareille épreuve, certains jureraient parfois de ne plus fréquenter de telles banques. Vous les filles qui travaillez aux guichets, je pense qu’il vous faut quand-même des doigts libres pour facilement taper sur un clavier, et servir rapidement les clients. Un flic par exemple devrait être dans des habits qui lui permettent de courir sans gêne, de sauter, etc.

A ma connaissance, les banques ne sont pas des instituts de beauté, encore moins des lieux de concours de mannequins. On y va pour travailler et non pour paraitre.

 

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (1)

  1. plusieurs raisons peuvent justifier la lenteur au guichet: la connexion internet, la complexité du logiciel utilisé, etc.
    De plus cet article me parait plus sexiste dans le sens où il ne s’attaque q’aux femmes pourtant même les hommes travaillent aux guichets des banques. cet article me parait plus comme un clash, un règlement des comptes car s’en prendre à une femme bien identifier c’est porter atteinte à sa personne. L’éditeur aurait dû réorienté l’article.