article comment count is: 2

ALTERNANCE EN RDC : FRED BAUMA ET LA LUCHA NE DEMORDENT PAS

Fred BAUMA et son compagnon de lutte Yves MAKWAMBALA ont retrouvé la liberté le 29 août 2016, après exactement 18 mois et 15 jours de détention sans procès. Loin de jubiler, ils comptent en profiter pour parachever leur lutte pour le changement en RDC.

Cette libération voulue par Joseph KABILA vise à décrisper d’une part, un climat politique très tendu et entamer d’autre part, dans les meilleures conditions, le dialogue national qui se poursuit actuellement. Mais Joseph KABILA n’est pas dupe : en ordonnant la liberté provisoire des leaders du mouvement pro-démocratie LUCHA, il sait très bien qu’il fait peser sur eux, une insécurité juridique : les autorités judiciaires peuvent décider à tout moment de réactiver les poursuites. Une situation qui est loin de calmer l’ardeur de Fred BAUMA et de ses camarades. Et les actions pour le démontrer ne manquent pas.

Le 1er Septembre, La LUCHA refuse de participer au dialogue national. Quatre jours plus tard, dans une interview accordée à jeuneafrique.com, Fred BAUMA précise les intentions de son organisation : « À la fin de l’année (19 décembre 2016, ndlr), nous attendons de pied ferme un nouveau président. Nous ne voulons pas entendre parler d’une transition à l’issue du dialogue ».La semaine d’après, ses militants remettent des urnes en carton à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) au Nord-Kivu. « Nous jeunes, sommes prêts à fabriquer des urnes (…) nous sommes déterminés à avoir des élections dans ce pays », affirme Trésor AKILI, l’un des meneurs de cette action.

Entre la LUCHA et Joseph KABILA, la tension reste toujours vive en dépit de la tentative de décrispation du président congolais.

Cookie Policy

Nous utilisons des cookies analytiques / de performance pour améliorer votre expérience utilisateur sur notre site. En savoir plus.

Non