article comment count is: 0

Blaise Mbeki : « Nous avons besoin d’un nouveau président de la République qui n’est pas Joseph Kabila ! »

A Goma, une cinquantaine de jeunes d’un nouveau mouvement citoyen, la Dynamique génération consciente, viennent de lancer une vaste opération de communication nommée : « Mandat ina icha wende sawa » (Pars en paix, ton mandat est terminé)Un message directement adressé au président Kabila censé laissé le pouvoir ce 19 décembre.

 Les jeunes congolais, particulièrement ceux de Goma ont compris le rôle qu’ils pouvaient avoir dans cette période de crise politique. Ils affirment n’attendre que l’alternance pacifique à la tête de la présidence en RDC.

La vingtaine et militant dans ce mouvement, Blaise Mbeki est le secrétaire et le porte-parole de la Dynamique génération consciente. C’est un mouvement, basé à Goma, non partisan et indépendant de jeunes. Lancé il y a une semaine, il a pour objectif l’éveil des consciences. Son représentant parle à Habari RDC de leur vaste opération de communication ciblant la fin du mandat présidentiel. 

 Quel est le but de cette opération de communication ?

 Blaise Mbeki : Le but est de conscientiser le peuple congolais pour sauver  notre  pays en danger. Le sortir du chaos après plus de 50 ans de souffrances. Les jeunes sont les souverains primaires de la RDC et nous avons l’obligation et le devoir de construire notre pays dans un climat de paix et de développement en respectant la Constitution. Et celui qui la viole, on l’interpelle.

Ce régime est déjà dans le glissement. Il continue à nous  plonger dans le chaos du sous-développement. Des  générations ont connu la souffrance. Il faut en être conscient à présent. Nous sommes coincés dans une impasse totale, alors que nous sommes les vrais  souverains de ce pays.

Pourquoi lancer cette campagne juste avant la fin du mandat de Kabila ?

 Cette campagne a été lancée quelques jours avant la fin du mandat présidentiel pour expliquer, sensibiliser et faire comprendre aux jeunes qu’il est temps de se réveiller enfin, et de dire non aux violeurs de la Constitution. Les textes doivent être respectés et nous avons besoin de l’alternance au pouvoir. C’était aussi pour rappeler au président Joseph Kabila que son mandat prend fin le 19 décembre. Ceci est un signe de notre mécontentement par rapport à la mauvaise gestion du pays.

Quels sont les moyens de communication que vous utilisés pour passer le message ?

 Notre message passe à travers des calicots, banderoles et dépliants distribués ou affichés en public. En plus, nous avons des équipes de sensibilisation qui permettent de faire du bouche à oreille. Nous passons dans les quartiers pour faire passer le message oralement avec des porte-voix et des tambours, tout en chantant des chansons révolutionnaires, de prise de conscience… Et nous utilisons même les radios et télévisions locales pour la cause.

Les jeunes Gomatraciens ont-ils un rôle à jouer le 19 décembre ? 

 Oui ! Ils ont vraiment un grand rôle à jouer ce jour-là. Selon moi, ce sont ces  jeunes qui contribueront au changement. Ils constituent la principale force de ce pays et ils sont majoritaires. Les jeunes congolais doivent avoir le mot final  pour ce pays. Ce 19 décembre 2016, c’est une date pour prendre notre destin en mains. Aujourd’hui en RDC, le pouvoir est accaparé par les opportunistes qui ne font que se remplir les poches sans penser à l’avenir de la jeunesse.

Et si le président reste après le 19 décembre, quelle sera la suite pour vous ?

 Nous  n’avons  pas peur. Nous savons bien qu’il va partir. S’il reste, on changera nos stratégies aussi. Nous mènerons alors une lutte pacifique pour sauver notre pays. Le président au pouvoir n’est pas plus intelligent que tous ces milliers de Congolais. Pour être plus clair, nous refusons la voie de la destruction, de la violence ou de la guerre. Nous voulons la paix et l’alternance pacifique au  pouvoir.

En cas de force majeure, nous allons inviter la communauté internationale à venir et à être le témoin de ce qui se passe sur le terrain ici au pays, si le  président refuse de  partir. Nous sommes fatigués et avons besoin d’un nouveau président de la République qui n’est  pas Joseph Kabila !

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.