article comment count is: 3

Beaucoup de diplômés, mais où sont les emplois ?

Farine et poudre blanche au visage et sur tout le corps des élèves finalistes, sifflets aux lèvres, concert de klaxons de motos-taxis… telle était l’ambiance dans la ville de Kinshasa en ce mois de juillet, après la publication des résultats d’examens d’État.

« Hourra ! Je suis diplômé » ou encore « adieu l’uniforme bleu-blanc ! », des mots que l’on pouvait lire sur les vêtements des lauréats de cette édition 2016-2017 de l’examen d’État (le baccalauréat). Ils exprimaient ainsi leur soulagement après une douzaine d’années d’études primaire et secondaire. Mais ce répit sera certainement de courte durée.

 « Chômage de masse »

 En RDC, le diplôme d’État marque la fin des études secondaires et permet aux lauréats d’accéder à une institution d’enseignement supérieur et universitaire, soit de se lancer à la recherche d’un emploi pour ceux qui ne veulent pas ou ne peuvent pas faire d’études supérieures. Or, si la plupart de nos diplômés d’universités sont au chômage, combien chez les simples détenteurs d’un diplôme du secondaire sont concernés ? Chaque année par exemple, 9000 jeunes diplômés d’universités et d’instituts  superieurs sont déversés sur le marché de l’emploi.

La population de la RDC est constituée à 70 % de jeunes. Selon l’indice du développement humain, notre pays est 176e sur 188 pays classés. Le programme des Nations-Unies pour le développement note « le chômage de masse » parmi les grands défis de notre pays. 80% de jeunes sont sans emplois. Pourquoi les diplômes nous conduisent-ils tout droit au chômage ?

Un pays incapables de créer de l’emploi

 À l’époque coloniale, nous disent nos aînés, l’emploi était facile à trouver contrairement à aujourd’hui où le pays est indépendant depuis 57 ans. Le problème est que notre économie est devenue trop dépendante du seul secteur minier. Or, ce secteur, à lui seul, ne peut pas porter le poids de toute la demande d’emplois en RDC. Il faut diversifier l’économie. Sinon, tous ces diplômés ne servent à rien.

Partagez-nous votre opinion

Les commentaires récents (3)

  1. Merci pour cet article qui nous interpelle aussi à reformer notre enseignement afin de faire aussi des élèves et étudiants de créateurs d’emplois et pas seulement des chercheurs…

  2. Si l’image postée est celle d’un diplômé d’Etat, il n’est pas scandaleux qu’il soit candidat au chômage!